En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Première coupe d’herbe à prévoir bientôt Alimentation des ruminants

Récoltez les dérobées fourragères tôt pour préserver leur qualité

21 mars 2019

Dans une large moitié ouest de la France, les températures douces de l’hiver et la bonne valorisation des apports azotés ont été favorables à la croissance des dérobées fourragères, notamment les ray-grass d’Italie, qu’ils soient semés en pur ou avec des trèfles annuels. Un créneau météo s’ouvre ces jours-ci pour démarrer les fauches dans les parcelles les plus précoces.

Quelle que soit l’espèce fourragère, le stade physiologique de la plante détermine l’essentiel de sa valeur alimentaire (valeurs énergétique et azotée, encombrement). Les pratiques de fertilisation azotée favorisent quant à elle la croissance et dans une moindre mesure la valeur protéique réelle du fourrage. En effet, en cas d’excès de fertilisation azotée, une part importante de l’azote de la plante est contenue dans des formes dites « non protéiques » moins bien valorisées par les ruminants.

Le stade physiologique des plantes, premier facteur de qualité

L’observation des plantes est primordiale pour déterminer son stade. L’attention doit être portée à la montée de l’épi dans la gaine. A l’instar des observations faites sur céréales à paille, il s’agit de prélever des plantes en plusieurs endroits de la parcelle et d’observer la hauteur de l’épi dans les maîtres-brins. Pour ce faire, les gaines doivent être fendues en deux à l’aide d’un couteau (photo).

Les parcelles les plus avancées sont à faucher dès que possible

Après le stade, c’est la météo qui détermine la date du chantier de récolte. Mais il importe de fixer, a priori, les objectifs à atteindre en termes de qualité et de rendement. Ces objectifs tiennent compte des exigences et des besoins des animaux à nourrir ainsi que de l’état des stocks fourragers. En cas de destruction de la prairie après la récolte, il faut également prendre en compte les exigences de la culture suivante (date de semis, état hydrique et préparation de sol…) pour déterminer la date de récolte de la dérobée.

La figure 1 indique les valeurs alimentaires et rendement accessibles du RGI en fonction du stade des plantes. Aujourd’hui, les parcelles les plus avancées ont dépassé le stade épi 10 cm. Pour des animaux à forts besoins, la récolte devra intervenir dès que les conditions météo le permettent.

Figure 1 : Evolution des valeurs nutritives du ray-grass d’Italie non alternatif au premier cycle (année après le semis) en fonction du stade et du rendement

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10