Epandeur d’azote dans une parcelle de blé pour le dernier apport en mai 2022 en Bretagne Messagerie Bretagne

Dernier apport d’azote sur céréales : quelle attitude adopter ?

12 mai 2022

Face aux conditions sèchent qui sévissent depuis mi-avril, se posent de nombreuses questions sur le dernier apport d’azote : est-il possible de le réaliser ? Si oui, quand le positionner ? Quelles formes d’engrais ? ...Quelques éléments de réponses.

Deux périodes difficiles pour la valorisation des apports

Les apports d’azote réalisés pendant la première quinzaine de mars et la première quinzaine d’avril ont été bien valorisés. Pour ceux de fin mars, la valorisation a été limitée. Puis, l’absence de pluie à nouveau depuis le 15 avril engendre des difficultés à positionner le troisième apport d’azote. Cette météo séchante sur fin avril (et début mai pour les prévisions) étant anormale par rapport à ce que l’on rencontre habituellement les vingt dernières années.

Figures 1a à 1d : Pluies cumulées en mm par décade depuis le 1er mars 2022
Pluies cumulées en mm par décade depuis le 1er mars 2022

Ne pas dépasser le stade dernière feuille - gonflement pour le dernier apport d’azote

Les très nombreux essais de fractionnement ont démontré qu’un report d’une partie de la dose totale en fin de montaison (entre 2-3 nœuds et dernière feuille étalée) procure en moyenne deux quintaux de rendement et 0,2 à 0,5 % de protéines supplémentaires.

Entre épiaison et floraison, un apport d’engrais se traduit par une augmentation de la teneur en protéines des grains mais le rendement ne progresse pas autant que lorsqu’il est réalisé à montaison.

Après épiaison, en conditions favorables, la culture continue d’absorber de l’azote.

Après floraison, les composantes de rendement impactées par l’azote - nombre d’épis et nombre de grains - sont fixées ; passé ce stade, un apport ne permettra pas de rattraper le potentiel de rendement perdu sous l’effet d’une carence.

Figure 2 : Impact du stade d’apport azoté sur le rendement (avec comparaison 3 apports vs 2 apports) en q/ha
Impact du stade d’apport azoté sur le rendement (avec comparaison 3 apports vs 2 apports) en q/ha

Figure 3 : Impact du stade d’apport azoté sur la teneur en protéines en %
Impact du stade d’apport azoté sur la teneur en protéines (avec comparaison 3 apports vs 2 apports) en %

L’importance de l’apport de fin de cycle et du choix de la forme d’engrais

Aujourd’hui, les céréales présentent un bon développement végétatif, à l’exception de certaines parcelles en terres superficielles qui commencent à souffrir du stress hydrique. Ainsi, dans de nombreuses situations, les outils de pilotage indiquent de réaliser un apport d’azote.

Cependant, les conditions séchantes actuelles sont défavorables à la valorisation de ce dernier apport. En effet, il a été démontré qu’il est nécessaire de viser une période pluvieuse (15 mm dans les 15 jours) pour une valorisation optimale de l’azote. Toutefois, afin de maintenir le potentiel de rendement, dès lors qu’un outil de pilotage indique que la nutrition azotée de la plante risque d’être mise en défaut, il est recommandé d’effectuer un « petit apport » de l’ordre d’une trentaine d’unités afin de permettre à la plante de poursuivre son développement.

A noter que dans ces mauvaises conditions de valorisation, certaines formes d’azote sont à privilégier. L’ammonitrate ou les urées additionnées d’un inhibiteur de l’uréase sont moins sensibles à l’absence ou à un retard de pluie et aux pertes par volatilisation. Ainsi, pour ce dernier apport d’azote, préférer les formes solides.

La solution azotée est très sensible aux pertes par volatilisation ammoniacale avec un risque de moindre efficacité.

Les engrais foliaires ne sont pas mieux valorisés que l’ammonitrate - ils ont un même niveau d’efficacité - et nécessitent les mêmes conditions de pluviométrie.

Tableau 1 : Efficacité des différentes formes d’azote et des conditions de valorisation
Efficacité des différentes formes d’azote et des conditions de valorisation

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10