En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Maïs fourrage Maïs fourrage

Densité de semis : attention aux fausses économies !

16 avril 2020

La semence est le premier poste de charges opérationnelles de la culture de maïs. Mais la densité de plantes est la première composante du rendement.

Les essais récents réalisés par ARVALIS sur maïs fourrage confirment les préconisations : en-deçà des densités recommandées, la perte de rendement est en moyenne supérieure à l’économie réalisée sur le poste semences.

La variété et les conditions de culture déterminent la densité

La précocité de la variété détermine le nombre de feuilles total des variétés. Ce nombre est plus faible pour les variétés précoces par rapport aux tardives. Ainsi, pour les variétés précoces on devra augmenter le nombre de plantes afin d’atteindre une surface foliaire suffisante pour capter un maximum de rayonnement.

Le type variétal influe également l’objectif de peuplement. Les variétés à floraison précoce, qui ont des grains cornés, ont un nombre d’ovules par rang déterminé à l’avance. C’est-à-dire qu’elles ont un nombre potentiel de grains par épi défini. Pour augmenter le nombre de grains à l’hectare lorsque les conditions sont bonnes, il faut augmenter le nombre de plantes. En revanche, pour les variétés à grains dentés, la différenciation du nombre d’ovules par rang est indéterminée, ce qui offre davantage de possibilités de compensation en sous-densité.

Des densités plus élevées pour les variétés précoces

Pour actualiser les références, ARVALIS a réalisé une vingtaine d’essais entre 2014 et 2016, en Bretagne, Pays de la Loire et Picardie. Sans surprise, la réponse du rendement à la densité est maximale pour les variétés très précoces. Le rendement augmente d’environ 0,42 t MS/ha pour 10 000 plantes/ha supplémentaires, dans la gamme 80 – 120 000 plantes/ha récoltées. Cette réponse est de 0,36 t MS pour les variétés précoces et 0,28 t MS pour les variétés demi-précoces. Pour obtenir le rendement net, on déduit le coût des semences pour 10 000 graines/ha, estimé à environ 0,18 t MS/ha.

Tableau 1 : Densités de culture recommandées (nombre de plantes/ha, à la récolte) en maïs fourrage, selon le potentiel attendu

Recommandations densités maïs grain : - 5 000 plantes/ha par rapport au maïs fourrage

En conditions plus difficiles, la réponse à la densité est moindre

Lorsque le régime hydrique est moins favorable, la réponse à la densité est plus faible, voire nulle. Mais les incertitudes sur la disponibilité en eau ne doivent pas nécessairement conduire à des révisions à la baisse des densités. En conditions défavorables, les densités plus élevées sont mal valorisées mais n’entraînent pas pour autant de pertes de rendement. Par contre, si le climat estival est favorable au maïs, les densités faibles pénalisent systématiquement le rendement. La perte est alors plus importante que l’économie de semences réalisée à l’implantation.

Pas d’effet sur la valeur alimentaire

Les essais réalisés par ARVALIS ont également fait l’objet de mesure de valeur alimentaire. Dans la plage de densités étudiées, entre 80 000 et 120 000 plantes/ha à la récolte, l’impact de la densité reste relativement faible sur les différents critères influençant la valeur alimentaire : teneur en amidon, digestibilité de la partie tiges-feuilles, valeur UFL. En tendance, la teneur en amidon et la digestibilité tiges-feuilles sont un peu plus faibles sur les densités plus élevées.

Considérer les pertes entre semis et récolte

Les taux de germination des semences de maïs sont généralement très bons, de l’ordre de 98 %. Les pertes à la levée seront fonction des conditions de semis.

En situation favorable (lit de semence bien préparé, date de semis dans les plages recommandées, profondeur 4 cm environ, bonne protection de la semence ou absence de ravageurs en début de cycle), les pertes seront comprises entre 5 et 10 % maximum. Des interventions de désherbage mécanique précoces (herse étrille) peuvent faire augmenter ces pertes de façon significatives. Dans ces situations, il est conseillé d’enterrer un peu plus profond la graine et d’augmenter la densité.

Tableau 2 : Evaluer la densité de semis au champ : valeurs pour un écartement de 75 cm entre rangs

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

1 commentaires 17 avril 2020 par Caillé

Dommage pas d étude sur le maïs grain non irrigué

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10