En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
08nicolecornec9497 Résultats de post-inscription

Caractéristiques des variétés d’orge de printemps disponibles pour 2015

31 décembre 2014

Potentiel de rendement, calibrage, teneur en protéines, résistances aux maladies et à la verse… Retrouvez les performances des variétés d’orge de printemps présentes dans la liste des Malteurs et Brasseurs de France pour la récolte 2015.

La production de malt est le débouché quasi-exclusif de la culture des orges de printemps. Il est donc fortement recommandé de choisir les variétés pour lesquelles les organismes de collecte locaux ont un marché. Ces variétés sont sélectionnées dans la liste éditée par les Malteurs de France pour la récolte 2015.

Téléchargez la liste des variétés préférées de Malteurs et Brasseurs de France pour la récolte 2015.

Ces variétés font l’objet d’évaluation dans le réseau d’essais d’ARVALIS – Institut du végétal avec ses partenaires. Un gain de rendement de 0,5 q/ha/an a pu être mesuré dans ces essais de post-inscription réalisés de 2001 à 2014.

Au sommaire :Les variétés préférées
Les variétés en observation commerciale
Les variétés en validation technologique
Les résultats d’essais en synthèse

Les variétés préférées

Sebastian reste la variété la plus cultivée en 2014. Inscrite en 2003, elle a un bon potentiel de rendement bien qu’un peu en retrait de ses concurrentes récentes. Demi-tardive à épiaison, elle est moyennement sensible à la verse et aux maladies foliaires. Son calibrage fait régulièrement partie des plus élevés, tout comme son PS. Ses teneurs en protéines sont dans la moyenne.

Après deux années décevantes, Beatrix retrouve en 2014 des niveaux de rendement élevés. Variété demi-tardive, elle est très sensible à la rhynchosporiose mais montre un bon niveau de résistance à la rouille naine et à l’oïdium. Sa tenue de tige est dans la moyenne. Face à ses concurrentes, elle présente un calibrage relativement modeste. Ses teneurs en protéines sont dans la moyenne et ses PS un peu faibles.

Variété demi-précoce, Sunshine affiche une productivité moyenne, un peu inférieure à celle de Sebastian. Elle reste régulièrement implantée en Poitou-Charentes. Ses calibrages sont d’un excellent niveau, mais elle semble aussi très facilement accumuler des protéines. Enfin, elle affiche un bon comportement en végétation, avec une bonne tenue de tige et un assez bon niveau de résistance aux maladies, hormis peut-être l’helminthosporiose.

Inscrite en 2011, Explorer apporte de la productivité en moyenne sur 4 ans, + 3 % par rapport à Sebastian. Variété très précoce à gros grains, elle s’avère sensible aux maladies de début de cycle, la rhynchosporiose et l’oïdium. Elle est en revanche assez résistante à la rouille naine. Sa tenue à la verse est dans la moyenne.

Avec des calibrages, des teneurs en protéines et des PS dans la moyenne des variétés étudiées, sa qualité de grain ne présente pas de défaut marqué.

Bien qu’en retrait en 2014, le potentiel de rendement de Grace est généralement proche de la moyenne des variétés présentes 4 ans. Variété précoce, elle apparaît assez sensible à la verse mais peu sensible aux maladies, hormis l’oïdium. Enfin ses calibrages sont corrects mais ses teneurs en protéines au-dessus de la relation « protéines/rendement ». Ses PS sont excellents.

Inscrite en 2012, KWS Irina est la variété la plus récente dans cette catégorie. Mais, régulièrement en tête des classements, elle est surtout la plus productive : + 5 % par rapport à Sébastian en moyenne sur 3 ans. Demi-tardive à épiaison, elle a une excellente tenue de tige et semble peu sensible aux maladies, à l’exception de la rouille naine. Ses calibrages sont dans la moyenne basse et ses teneurs en protéines moyennes au regard de sa forte productivité. En revanche, ses PS sont assez faibles.

Parmi les variétés les plus productives, le potentiel de Zeppelin est proche de celui d’Explorer en moyenne sur 4 ans. Demi-tardive à épiaison, elle se comporte bien vis-à-vis de la verse et semble peu sensible aux maladies, et tout particulièrement à l’oïdium. Elle présente en revanche un défaut au niveau de ses calibrages qui sont parmi les plus faibles des variétés testées. Ses teneurs en protéines sont dans la moyenne.

Retour au sommaire

Les variétés en observation commerciale

Sept variétés ont déjà subi les tests pilotes de l’IFBM (Institut français de la brasserie et de la malterie) et sont soumises à des tests industriels en vue de vérifier que toutes les attentes fonctionnelles de fabrication des brasseurs sont respectées.

Variété assez tardive inscrite en 2012, le niveau de rendement d’Odyssey est légèrement en retrait de celui de Sebastian en moyenne sur 3 ans (- 1 %). En végétation, elle a un bon comportement vis-à-vis des maladies foliaires hormis la rouille naine. Elle est en revanche assez sensible à la verse. Ses calibrages sont parmi les meilleurs et ses teneurs en protéines sont dans la moyenne.

Parmi les plus tardives à épiaison, Overture affiche un potentiel de rendement légèrement inférieur à celui de Sebastian, - 2 % en moyenne sur 3 ans. Elle est moyennement sensible à la verse et présente un très bon niveau de résistance à la rhynchosporiose et à l’oïdium. Elle est en revanche assez sensible à la rouille naine. Ses calibrages sont d’un assez bon niveau et ses teneurs en protéines dans la moyenne.

Pionier montre une assez bonne productivité depuis deux ans : 2 % au-dessus de celle de Sebastian. Variété précoce inscrite en 2013, elle semble sensible à la la rhynchosporiose et à l’oïdium, mais assez résistante à la rouille naine. Sa tenue à la verse est moyenne. Son calibrage est d’un bon niveau et ses teneurs en protéines dans la moyenne.

Avec des rendements proches de ceux de KWS Irina en 2014, Sanette affiche un potentiel élevé cette année. Ses résultats sont supérieurs à ceux obtenus en 2011 et 2012 lors de son l’inscription, ainsi qu’à ceux de 2013, en 1re année de post-inscription. Assez tardive, elle semble se distinguer par un comportement équilibré vis-à-vis de la verse et des maladies foliaires, avec notamment un très bon niveau de résistance à la rhynchosporiose. Son calibrage est d’un assez bon niveau et ses teneurs en protéines contenues.

Malgré d’excellents résultats en 2011 à l’inscription, Style affiche depuis un potentiel de rendement plus proche de celui de Sebastian. Demi-précoce à épiaison, elle semble se distinguer par une assez bonne tenue à la verse et une très bonne résistance à l’oïdium. Elle est en revanche assez sensible à la rouille naine. Parmi les plus faibles des variétés testées, ses calibrages sont assez modestes et ses teneurs en protéines faibles pour son niveau de rendement.

Retour au sommaire

Les variétés en validation technologique

Trois variétés sont nouvellement inscrites en 2014 sur la liste à orientation brasserie du CTPS (Comité technique permanent de la sélection) et proposées par le CBMO (Comité bière malt orge) aux tests pilotes IFBM.

Gesine confirme en 2014 l’assez bonne productivité déjà observée à l’inscription. Assez précoce, elle était notée à l’inscription plutôt peu sensible à la verse et aux maladies foliaires, à l’exception peut-être de l’oïdium. Ses calibrages semblent assez bons et ses teneurs en protéines se situent au-dessus de la courbe « protéines/rendement ».

RGT Planet se distingue en 2014, comme à l’inscription par son niveau de productivité très élevé. Elle semble même dépasser KWS Irina la nouvelle référence sur ce critère. Précoce à épiaison, elle a été notée à l’inscription peu sensible à la verse, assez résistante à la rhynchosporiose et surtout à l’oïdium mais moyennement sensible à la rouille naine. Ses calibrages 2014 sont élevés mais peuvent être supérieurs à ce qu’ils étaient au cours de ses deux années d’inscription. Ses teneurs en protéines sont calées sur la régression « protéine/rendement ».

Prunella confirme cette année l’assez bonne productivité observée à l’inscription. Très précoce, elle a été notée à l’inscription plutôt peu sensible à la verse, assez résistante à la rhynchosporiose et à l’oïdium, mais sensible à la rouille naine. Ses calibrages et ses teneurs en protéines sont dans la moyenne.

Retour au sommaire

Les résultats d’essais en synthèse

Pour en savoir plus sur ces variétés, téléchargez :

les caractéristiques agronomiques des variétés d’orge de printemps,

les rendements pluriannuels des principales variétés d’orge de printemps,

les teneurs en protéines des principales variétés d’orge de printemps,

le calibrage des principales variétés d’orge de printemps.

Retour au sommaire

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10