En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Anti-germinatif pommes de terre

Décision toujours en suspens pour le CIPC

20 septembre 2018

Principale molécule aujourd’hui utilisée pour le contrôle de la germination des pommes de terre, le Chlorpropham (CIPC) était en phase de réexamen au niveau communautaire, qui devait initialement s’achever au plus tard au 31 juillet 2018. Mais la décision finale a été reportée, faute de consensus entre les états européens.

Un vote était attendu sur la proposition de non-renouvellement d’autorisation faite fin mars dernier par la Commission. Compte tenu de la difficulté de trouver une position commune entre les états membres, aucun vote n’est intervenu lors de la réunion du SCoPAFF (Comité permanent des végétaux, des animaux, des denrées alimentaires et des aliments pour animaux) des 19 et 20 juillet.

Ce report d’une prise de décision fait logiquement suite à la promulgation le 27 juin dernier du Règlement d’exécution 2018/917 de la Commission, qui repoussait d’un an le délai d’approbation du CIPC : celui-ci est désormais fixé au plus tard au 31 juillet 2019.

A noter que ce report concerne également plusieurs autres molécules utilisées en culture de pomme de terre : diquat, éthoprophos, métribuzine, propamocarbe notamment. Leur inscription européenne est ainsi prolongée jusqu'au 30 juin ou 31 juillet 2019.

En l’état, les règles concernant l’utilisation du chlorprophame restent donc inchangées pour la prochaine campagne de conservation des pommes de terre de consommation et de transformation. Au moins tant qu’aucune décision complémentaire ne sera intervenue lors des prochaines réunions du SCoPAFF, la première à venir étant fixée en octobre.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant