En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Interculture

Déchaumage superficiel et rappuyé : la bonne combinaison

22 décembre 2010

Le déchaumage superficiel reste la référence dans une stratégie de faux semis pour épuiser le stock semencier du sol. L’objectif est d’empêcher les adventices de faire leur cycle complet et de produire des graines viables dans la culture suivante.

D’une pierre deux coups, il enfouit les adventices présentes et stimule la germination des graines. Le déchaumage dynamisera d’autant plus la levée des adventices qu’il sera positionné à une période légèrement humide. L’efficacité du déchaumage sera optimisée par le passage d’un rouleau. Le rouleau permet de faire lever les adventices ou les repousses de la culture de façon homogène en conservant l’humidité du sol. Le déchaumage bien rappuyé crée donc les conditions idéales de germination.

La figure 1 (Figure 1 : Impact du type de déchaumage sur les levées d’adventices en interculture) illustre l’impact du type de déchaumage sur la germination des adventices en interculture. Lors de la 1re notation (2e quinzaine d’août), les adventices présentes sont majoritairement les repousses de blé et les ray-grass. Après le 2è déchaumage, au 13 septembre, seules les véroniques ont levé. Ce premier constat met en évidence la différence de dormance, ainsi que la levée préférentielle des adventices. Le 1er déchaumage a bénéficié de conditions favorables (humidité) à la levée de ray-grass et repousses de blé, ces plantes ayant une dormance faible. A contrario, le 2è déchaumage, réalisé plus tard, suivi de conditions plus séchantes, a été moins favorable aux adventices de type graminées (faute de conditions d’humidité suffisantes), mais a bénéficié aux véroniques, moins sensibles à ce paramètre et levant à cette période. Au-delà de l’explication de la présence des adventices, le critère mis en exergue par cet essai est la profondeur de déchaumage.

Dans le cadre d’une gestion des adventices (diminution du stock semencier), le déchaumage doit être superficiel et bien rappuyé pour assurer le meilleur contact terre-graine. Seul un déchaumage très superficiel et fin (Horsch SE à 2 cm) a une bonne aptitude à faire lever des adventices dont les graines sont de petite taille (ray-grass, véronique). Un déchaumage “ profond “ à 4 ou 5 cm provoque peu de levées, comparable à ce qu'on observe sur chaume non travaillé.

Des essais réalisés en 2007 sur une rotation colza-blé-orge montrent que, dans une optique de désherbage, le déchaumage doit être superficiel et rappuyé et intervenir au plus près des périodes optimales de germination des adventices, soit au 15-20 août pour les géraniums et 15-20 septembre pour les graminées. Il sera alors ensuite plus facile de les détruire avant semis et ainsi de limiter les infestations en culture. Dans les conditions de l’essai, un déchaumage au canadien (travail à 10-15 cm), réalisé le 15 août, a favorisé la germination de ces adventices, probablement en faisant remonter un stock important de graines anciennes. À tel point que dans le colza, pourtant désherbé chimiquement, la population fluctue, en entrée hiver, entre 110 et 170 pieds/m2. En comparaison, après le passage le même jour d’une herse Magnum (travail fin et très superficiel) puis d’un programme herbicide similaire, les géraniums colonisent nettement moins le colza avec en moyenne 5 plantes/m2 ! Toutes choses égales par ailleurs, l’absence de travail du sol au mois d’août aboutit quasiment au même niveau de contrôle d’adventices, après comptage à la mi-octobre.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10