En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Symptômes de jaunissement sur feuille de blé dur Messagerie Occitanie

De multiples causes de jaunissement en parcelles de blé dur

01 avril 2021

Des zones de jaunissement subsistent dans les parcelles de blé dur et certaines zones sont visibles depuis plus de quinze jours. Le diagnostic n’est jamais aisé dans ces situations car plusieurs causes peuvent être responsables des symptômes dans la même parcelle. Présentation de celles identifiées dans la région.

Les zones d’hydromorphie ne disparaissent pas rapidement

Avec le redoux et le retour des pluies, la végétation est repartie en croissance. Néanmoins certaines zones touchées par l’hydromorphie continuent d’être à la peine. Ceci est lié à plusieurs facteurs : la zone a certainement été plus impactée et l’asphyxie racinaire s’est accompagnée d’une réduction forte de l’enracinement.

Par conséquent, les petits épisodes de sec, peu problématiques en apparence, deviennent très limitants à ces endroits avec une croissance réduite et des carences induites multiples. Ces zones seront malheureusement très impactées si des pluies régulières ne les aident pas jusqu’à la récolte.

Maladies des pieds : des conditions favorables pour les semis précoces

La séquence climatique « douceur à l’automne, pluie importante pendant l’hiver, puis retour du sec » est propice au développement et à l’expression des maladies du pied (tableau 1). Des attaques précoces sont visibles en piétin-verse et piétin échaudage, mais cela peut être également le cas du rhizoctone et de la fusariose du plateau de tallage.

Plus il a fait doux en début de cycle, plus la maladie peut être importante. Les semis précoces sont donc les plus à risque.

Tableau 1 : Descriptions et illustrations des symptômes de quatre maladies des pieds sur blé dur

Sur des symptômes précoces, l’impact sur le rendement peut être élevé, notamment dans le cas du piétin échaudage (jusqu’à 50 % de pertes). Il n’existe pas d’action corrective en culture, hormis pour le piétin-verse.

Pour ce dernier, le seuil d’intervention s’évalue par prélèvement d’au minimum 40 tiges sur l’ensemble de la parcelle, à partir du stade épi 1 cm.

- S’il y a moins de 10 % des tiges atteintes (moins de 4 tiges sur 40), ne pas intervenir.
- S’il y a entre 10 et 35 % de tiges atteintes, le traitement aura une rentabilité variable.
- S’il y a 35 % ou plus des tiges atteintes (plus de 14 tiges sur 40), il est préconisé de traiter.
- Ne plus traiter après le stade « 2 nœuds » car le recouvrement par les feuilles ne permet plus d’atteindre la tige.

Les nématodes sont plus présents cette année

De nombreux symptômes liés aux nématodes sont observés dans le Lauragais. Les plantes sont chétives et jaunissent. Un retour fréquent de blé dans la rotation ainsi qu’un été précédent chaud favorisent les nématodes. Le froid a certainement permis aux kystes d’éclore et de contaminer les parcelles.

Les seuls moyens de lutte sont agronomiques (plantes de coupure, changement d’espèces, interculture…). Il est néanmoins possible, sur les parcelles touchées, d’appliquer 40 kg/ha de phosphore afin de favoriser le développement racinaire des plantes.

Des conditions favorables aux mosaïques

Les conditions climatiques deviennent assez favorables à l’expression du virus de la mosaïque, avec le retour d’un froid relatif ces derniers jours. Il est possible de voir des symptômes aujourd’hui et dans les jours à venir.

Des analyses peuvent être réalisées pour confirmer le diagnostic visuel (qui n’est pas toujours évident) en envoyant des échantillons à un laboratoire. Pour ce faire, prélevez des plantes entières à raison de 30 plantes virosées dans un sachet en papier. Vous pouvez les emballer dans un papier absorbant très légèrement humide. Evitez les sacs plastiques, qui provoquent l’échauffement et le développement de moisissures. Les envoyer au laboratoire GALYS (14 rue André Boulle - 41 000 Blois) avec la feuille de renseignement qu’ils vous fourniront. L’analyse d’une mosaïque est autour de 60 € HT, et pour les deux mosaïques, autour de 75 € HT.

D’autres causes de jaunissement : pieds chétifs, JNO et carences

Il est probable que des symptômes de pieds chétifs soient visibles dans certaines parcelles (liés à la présence de cicadelles à l’automne). Les éventuels symptômes de JNO seront observables plus tard.

Pour les situations inexpliquées après ressuyage (pas de problème de sélectivité, pas de symptômes de nématodes, ou de mosaïques), il est important de faire le point sur les éléments minéraux présents dans les sols en réalisant une analyse de terre, notamment pour le phosphore et la magnésie.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10