En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Date et densités de semis du blé tendre Messagerie Centre / Ile-de-France / Auvergne / Limousin

Date et densité de semis du blé tendre : nos recommandations pour 2021

30 septembre 2021

Les pluies de ces dernières semaines facilitent la préparation des sols en vue des prochains semis. Mais attention à bien respecter une plage de semis cohérente avec la précocité des variétés et la gestion optimale des adventices et des ravageurs d’automne.

Contrôler les effets du climat : le bon compromis date de semis / variété

La meilleure assurance pour limiter l’impact d’un accident climatique est de diversifier les variétés de son assolement. Une période de semis optimale est définie en fonction de la précocité de chaque variété. Pour une variété donnée, on regarde deux types de précocité :
• la précocité à montaison : caractérisée par la date du stade épi 1 cm, elle détermine le début de la période de semis,
• la précocité à épiaison : caractérisée par la date d’épiaison, elle détermine la fin de la période de semis.

Un semis trop précoce expose la culture à un risque de gel d’épis à montaison, tandis qu’un semis tardif l’expose à un risque d’échaudage. Chaque variété doit être semée à la période qui lui convient.

A partir des données climatiques régionales, il est possible de définir des périodes de semis optimales pour chaque variété. L’époque idéale dans la région pour semer une variété de blé tendre de type demi-précoce se situe entre le 15 et le 25 octobre. Les types hiver à très hiver ou tardif à très tardif peuvent être semés entre le 1er et le 15 octobre. A partir du 25 octobre, tous les types de blé d’hiver peuvent être semés.

Hormis dans les sols hydromorphes, les semis peuvent se prolonger si nécessaire jusqu’en novembre ou décembre sans difficulté. Toutefois on évitera les variétés tardives à épiaison dans ces conditions pour éviter au maximum un échaudage de fin de cycle.

Tableau 1 : Périodes optimales de semis des principales variétés de type lignées pour nos secteurs

Date de début : fonction de la précocité à montaison
Date de fin : fonction la précocité à épiaison

Périodes optimales de semis des principales variétés de type lignées pour nos secteurs

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Au-dessus de 900 m, anticiper les dates ci-dessus de 10 à 15 jours en fonction de l’altitude et éviter les variétés ultra-précoces à montaison et tardives à épiaison.

Pas de semis précoces sur des parcelles sales !

Les problèmes d’enherbement rencontrés dans notre région nous obligent désormais à prendre en compte ce facteur dans le choix des variétés à implanter. Semer une variété de blé tendre précocement dans une parcelle très infestée en graminées relève de l’erreur technique. Aucun programme herbicide - aussi cher soit-il (prélevée puis postlevée) - ne sera suffisant pour maîtriser une population de bromes, ray-grass ou vulpins. Nos essais régionaux confirment ce manque d’efficacité qui pénalise les rendements de la culture par la compétition précoce des adventices. Il est donc essentiel de privilégier des dates de semis plus tardives sur des parcelles très infestées et sur des sols qui le permettent : pas de semis avant le 20 octobre. Le risque économique pris (risque de non implantation) restera limité car toutes les parcelles de l’exploitation ne sont pas concernées. Attention : des dates de semis plus tardives nécessitent des variétés plus précoces.

Gestion de la JNO : un risque accru en semis précoces

Même si un automne particulièrement doux expose l’ensemble des blés aux pucerons et aux cicadelles, les semis précoces sont généralement plus exposés. L’absence de variétés tolérantes au virus de la JNO en blé nous incite donc à la prudence. Des semis de début octobre nécessiteront une surveillance des parcelles et une protection accrues si les seuils de nuisibilité sont dépassés et que le climat est favorable.

La maîtrise des intrants commence par la dose de semis

Contrairement à certaines idées reçues, les peuplements objectifs de sortie d’hiver sont identiques, quelle que soit la variété. Une variété à faible tallage épis n’a pas à être semée plus drue. Par contre, les types de sol et l’état du lit de semences induisent des taux de pertes et des coefficients de tallage différents dont il faudra tenir compte pour le calcul de la dose de semis.

Des pertes à prendre en compte à deux époques

Entre le semis et la levée, le taux de pertes moyen est de 15 %. Il peut cependant être plus faible (moins de 10 %) en limons et en cas de levée rapide (sol encore réchauffé), ou plus élevé selon les conditions suivantes :
• en conditions sèches surtout sur des terrains argileux et des sols motteux ou caillouteux,
• en conditions « plastiques » surtout en limons battants et risque d’excès d’eau à la levée,
• sur les sables,
• en cas de semis direct sur sol non labouré,
• de façon générale, en semis tardif, après le 20 novembre (taux moyen de 30 %),
• en cas de semis dense : autoconcurrence entre plantes.

Entre la levée et la sortie d’hiver, le taux de pertes moyen est de 10 %, mais il peut être plus élevé (de l’ordre de 20 %) :
• en sables ou terres argileuses,
• en cas de semis profond (> 3,5 cm),
• en cas de désherbage d’automne « risqué » en termes de sélectivité.

Les densités préconisées

Les doses de semis préconisées dans les tableaux 2 et 3 intègrent déjà une certaine marge de sécurité.

Rappelons qu’il vaut mieux différer un semis, en attendant des conditions d’implantation plus favorables, qu’insister pour maintenir la date de semis prévue et mal implanter la culture.

Tableau 2 : Densités de semis pour quelques types de sols (en grain/m²) en plaine
Densités de semis pour quelques types de sols (en grain/m²) en plaine

Tableau 3 : Densités de semis (en grain/m²) en zone de montagne (Auvergne)
Densités de semis (en grain/m²) en zone de montagne (Auvergne)

En conclusion, profitez des conditions actuelles pour réaliser des préparations de sol de bonnes qualités en attendant un ressuyage suffisant sans empressement pour les premiers semis. Diversifiez vos variétés et vos dates de semis en tenant compte de l’état d’enherbement de vos parcelles.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10