En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Lutte contre les dicotylédones en sortie d’hiver Messagerie Méditerranée

Coquelicots et chardons : les clés pour garder le contrôle

04 février 2021

Des dicotylédones commencent à lever ou sont déjà présentes depuis le semis des blés et reprennent leur développement avec le redoux. Parmi elles, des chardons et des coquelicots. Le point sur les stratégies à mettre en œuvre pour les gérer.

Contre les chardons des champs

Des leviers agronomiques plus ou moins efficaces

L’entretien régulier des bords de champs et des parcelles en jachère est la première mesure à mettre en œuvre. La fauche ou le broyage des chardons avant floraison évite la dissémination des semences.

Une stratégie d’épuisement peut être mise en œuvre par la réalisation de déchaumages successifs avec un outil à disques. L’objectif : fractionner le système racinaire et stimuler les repousses. Ces repousses doivent être ensuite maîtrisées (mécaniquement ou chimiquement). Cette technique est d’autant plus efficace que l’outil utilisé a un recouvrement élevé. Des essais conduits en bio il y a quelques années en région Centre / Ile-de-France ont montré une efficacité comparable entre cover-crop et déchaumeur à patte d’oie.

L’extraction des rhizomes à l’aide d’un outil à dents a un effet limité sur le chardon, car la plupart des rhizomes sont situés en profondeur.

Quant au labour, il a un effet limité et irrégulier pour le contrôle du chardon. Mais la réalisation d’un labour, à l’automne ou au printemps, la même année que des déchaumages successifs d’été, aurait un effet complémentaire.

En culture, la herse étrille et la houe rotative sont inefficaces sur chardons des champs ! Seule la bineuse en passage répété peut avoir une action d’épuisement sur l’inter-rang. Il faut viser dans ce cas le stade 3 à 6 feuilles, mais cette action a une efficacité très variable.

En système biologique, introduire de la luzerne avec au moins deux fauches par an pendant 4 ans permet de réduire drastiquement la pression en chardon sur les parcelles concernées.

Tableau 1 : Efficacité des leviers agronomiques sur chardon des champs

Vert : efficace - Jaune : efficacité variable - Rouge : non efficace

Des solutions herbicides disponibles

En conventionnel, il est plus facile de gérer le chardon dans une céréale d’hiver (gamme de produits autorisée plus large). En cas de pression, enchaîner deux ans de céréales d’hiver avec un programme herbicide adapté permet d’affaiblir significativement les réserves.

Parmi les solutions herbicides disponibles en culture, on retrouve :
- des spécialités à base de metsulfuron (Allié/Alligator) efficaces entre 25 et 30 g/ha. Ces spécialités n’agissent pas vite (plusieurs semaines) et peuvent s’appliquer si les températures sont encore froides (1 ou 2°C le matin). Elles sont à privilégier en sortie d’hiver (janvier/février) quand les chardons reprennent leur croissance.
- des spécialités à base de clopyralid : Bofix/Boston à 2,5 l/ha jusqu’au stade 2 nœuds, Chardex/Effigo à 1,5 l/ha jusqu’à dernière feuille étalée.
- des spécialités à base de 2-4 D de 800 g/ha jusqu’à 2 nœuds.
- des association de sulfonylurées et d’hormones (Allié Duo + Chardex/ Effigo par exemple).

Remarque : sur chardons plus développés et quand les températures se radoucissent (février/mars), les hormones sont plus rapides à agir, à préférer pour limiter rapidement la compétition avec la culture.

Par ailleurs, l’interculture est un moment privilégié pour lutter contre les chardons. Avec les pluies de fin d’été, ils peuvent lever courant septembre. Il est alors possible de les détruire chimiquement avec :
- 1080 g/ha de glyphosate + adjuvant.
- 720 g/ha de glyphosate + 840 g/ha de 2-4 D.

Attention cependant au délai d’application du 2-4 D avant semis (phytotoxicité sur blé).

Ne pas confondre chardons des champs et chardons maries

Contrairement aux chardons des champs, les chardons maries sont des plantes annuelles sans multiplication végétative.

Par sa croissance très rapide et son fort développement foliaire, le chardon marie peut être très étouffant. Levant tôt en fin d’été-début d’automne, il se gère dès l’automne.

Le chardon marie est facile à détruire par entretien mécanique (cover-crop, dents). Par contre, sa cuticule cireuse le rend peu sensible aux herbicides totaux (glyphosate) sauf lorsqu’il est très jeune.

Progressant à partir des fossés, talus, il peut être contenu en limitant l’entretien à la bordure du champ.

Du côté de la lutte chimique, elle commence à l’automne en utilisant du DFF (compil ou codix).

S’ils ne sont pas maîtrisés à l’automne, ou lèvent plus tard, il faut intervenir le plus tôt possible (stade rosette) avec une spécialité à base d’Iodosulfuron (Archipel à 250 g). L’Allié a quant à lui une efficacité irrégulière (essais à Régusse (83) en 2002 et à Nîmes (30) en 2004).

Il est également possible de les contrôler en sortie d’hiver avec une hormone. Les produits qui se sont montrés les plus efficaces sont Bofix (2,5 l), Chardex (1,5 l), Duplosan super (2,5 l) et Lonpar (1,5 l).

A noter qu’il faut que les températures soient positives et les adventices en croissance active pour utiliser des hormones.

Contre les coquelicots, le statut de résistance de la parcelle est déterminant

Des coquelicots commencent à être observés (2 feuilles) dans les parcelles.

Pour les semis avec une pression dicotylédones et graminées, une spécialité à base de mésosulfuron-méthyl (Archipel Duo/Auzon Duo ; Atlantis Star…) pourra être utilisée en absence de problème de résistance. De plus, les spécialités à base de chlortoluron peuvent être utilisées jusqu’à début mars sur les blés du stade 1 feuille à fin tallage, sur des adventices peu développées.

En cas de pression uniquement en coquelicots associée à un problème de résistance au groupe B (sulfos) : utiliser des spécialités comme Picotop, Bofix, Duplosan super, Omnera LQM, Pixxaro EC et Zypar.

Si aucun problème de résistance, des spécialités à base de metsulfuron pourront être appliquées (Alliance WG, Allié Duo SX, Allié Max, Allié Star, Boudha) ou à base de Thifensulfuron-méthyl (Harmony Extra SX, Picaro SX).

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10