En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Moissonneuse batteuse dans une parcelle de ble tendre Préparer la récolte

Faire le point "zéro" de la moissonneuse-batteuse

02 juillet 2015

Plus de 85 % de la séparation grain-paille s'opère au niveau des organes de battage de la moissonneuse-batteuse. Quelques contrôles sont donc à réaliser avant la moisson, notamment la vérification de l'écartement au point zéro entre le batteur et le contre-batteur.

Le contrôle des organes de battage est essentiel avant de réaliser la moisson. L'écartement au point zéro entre le batteur et le contre-batteur, le niveau d'usure des battes et contre-battes, et le parallélisme entre le batteur et le contre-batteur sont autant de points à contrôler pour minimiser les pertes à la récolte.

Etalonner l'écartement batteur / contre-batteur

Le contrôle du "point zéro" permet de valider le réglage de l'espace batteur / contre-batteur au cran zéro de la crémaillère ou de l'écran du poste de conduite. Il consiste à rechercher la valeur réelle en millimètre du réglage de l'espace batteur / contre-batteur en position zéro, souvent préétabli à l'usine. La valeur de l'écartement batteur / contre-batteur en position zéro peut varier de 3 à 7 mm. Elle est d'autant plus grande que les battes ou les contre-battes sont usées. Si cet espace en position "0" n'est pas pris en compte dans les réglages, cela peut rendre les opérations de battage incomplètes voire impossibles. Le contrôle du "point 0" doit être réalisé à l'arrêt pour des raisons de sécurité mais aussi pour des risques de dégradations mécaniques graves.



Un coup d'oeil sur les points d'usure

En plus de la validation du "point zéro", il est important de surveiller l'état des battes. Après plusieurs centaines d'heures de fonctionnement, celles-ci perdent quelques millimètres de métal. Cette usure peut altérer le fonctionnement du batteur, l'efficacité de battage et donc dégrader le produit. Il en est de même pour les contre-battes et les fils (joncs) qui doivent être contrôlées et changées si besoin (contre-battes tordues ou cassées, joncs cassés) afin d'assurer un battage optimal et de qualité. Enfin, il est nécessaire de vérifier le parallélisme entre le batteur et le contre-batteur afin de garantir un battage optimal.

L'ensemble de ces contrôles permettent à l'utilisateur de la machine de s'assurer du bon fonctionnement des organes de battage et ainsi d'anticiper d'éventuelles dégradations du produit notamment des grains brisés.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

2 commentaires 24 mai 2013 par ARVALIS

Bonjour, Le parallélisme correspond à l'horizontalité des deux organes sur la largeur du canal d'alimentation. La position convergente du batteur et du contre-batteur n'est pas remise en cause. Il est en effet indispensable d'avoir cette position convergente (écartement plus faible à l'arrière qu'à l'avant).

24 mai 2013 par ARMAGEDDON

"il est nécessaire de vérifier le parallélisme entre le batteur et le contre-batteur afin de garantir un battage optimal." je pensais qu'il fallait un réglage convergent (tel que ça apparaît sur les schémas)

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10