En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Datura Vidéo

Connaître la biologie du datura pour mieux le combattre dans le maïs

20 mars 2019

Concurrentiel mais surtout toxique, le datura est une mauvaise herbe à proscrire des parcelles de maïs. Comment le reconnaître ? Quelles sont ses caractéristiques biologiques ? Comment lutter contre cette dicotylédone ? Eléments de réponse en vidéo, avec une plaquette illustrée à télécharger.

Une plante toxique

Le datura contient des alcaloïdes très toxiques pour l’homme comme pour l’animal  : l’atropine et la scopolamine. Ces alcaloïdes agissent sur le système nerveux central. Ils entraînent des troubles cardiaques, de la sécrétion et des muscles lisses.

De très faibles quantités suffisent et toutes les parties de la plante en contiennent.

De fait, des limites réglementaires existent. Pour l’alimentation humaine, la limite maximale est fixée à 1 µg/kg pour l’atropine comme pour la scopolamine, pour les aliments destinés aux nourrissons et enfants en bas âge contenant du millet, du sorgho, du sarrasin ou leurs dérivés (Règlement Européen 2016/239). A noter que cette réglementation devrait prochainement être étendue à différentes classes de produits alimentaires contenant du maïs.

Pour l’alimentation animale, la limite réglementaire ne concerne pas la quantité en alcaloïdes mais en graines de datura ; elle est fixée à 1  g/kg de céréales dans toutes les matières premières ou aliments pour animaux (Directive Européenne 2002/32).

Ces seuils sont très faibles et sont généralement atteints avec la production d’une seule plante. Un pied de datura pour 25 m² peut par exemple suffire à provoquer une intoxication mortelle chez les bovins via le maïs ensilage.

Par ailleurs, le datura exerce aussi une compétition importante pour la culture vis-à-vis de la lumière, l'eau et les éléments nutritifs, ce qui n'est pas sans impact sur le rendement.

L’objectif est donc de n’avoir aucun pied de datura dans toutes les parcelles de l’exploitation.

Des méthodes de lutte préventives

• Surtout ne pas laisser monter à graine les daturas pendant l’interculture.
• Arracher les daturas manuellement en cours de saison en prenant soin de sortir les plantes de la parcelle. Penser à porter des gants.
• Surveiller les bords des parcelles.
• Avant montée en graine du datura, broyer les passages d'enrouleurs.
• Commencer les récoltes sur les parcelles les moins infestées si possible.

Les solutions curatives disponibles

De nombreux herbicides sont efficaces mais les levées échelonnées compliquent le contrôle tardif. Prévoir une base de pré-levée puis 1 ou 2 applications d’herbicides racinaires + foliaires positionnés sur des jeunes daturas (2 à 4 F) au stade 2-4 F puis 8-9 F du maïs.

Parmi les herbicies efficaces contre le datura (liste non exhaustive), on peut citer Adengo Xtra, Auxo, Callisto, Camix, Capreno, Elumis, Emblem Flo, Laudis WG, Merlin Flexx, Monsoon-Active, Souverain OD…

Pour en savoir plus sur la biologie du datura, téléchargez la plaquette « gérer le datura dans les maïs » éditée par l’AGPM et ARVALIS.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10