En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Epandage de fumier sur couvert végétal Vidéo

Comment valoriser les engrais de ferme avant un maïs ?

11 mars 2021

Utilisés à bon escient, les effluents d’élevage ou engrais de ferme sont très bien valorisés par le maïs. Ils permettent une économie importante sur le poste achat d’engrais. Si les conditions de portance des sols sont favorables, il est déjà temps de réaliser l’épandage des fumiers. Les lisiers et fumiers de volailles peuvent attendre, au plus près du semis et devront impérativement être enfouis sitôt épandus.

La bonne valorisation de l’azote dépend du type de produit et des pratiques

Epandre les fumiers de bovins 1,5 à 2 mois avant les semis de maïs

Dans les fumiers, l’azote est majoritairement présent sous forme organique et une partie seulement (de l’ordre de 30 % pour un fumier de bovins) sera disponible pour la culture de maïs qui suivra l’épandage. L’azote sous forme organique nécessite une phase de transformation avant d’être assimilé, sous forme nitrate, par les racines du maïs. Le temps nécessaire à ce processus est fonction de la composition du fumier (rapport C/N). C’est pour cette raison qu’il est recommandé d’épandre les fumiers 1,5 à 2 mois avant le semis, voire avant quand il s’agit d’un fumier frais et pailleux (C/N élevé).

Un épandage trop tardif risque d’induire des effets dépressifs sur la culture, liés à l’organisation de l’azote, qui ne sera pas terminée au stade 8-10 feuilles, début de l’absorption importante de l’azote par le maïs.

Si les sols ne sont pas suffisamment ressuyés avant cette date, il est toujours préférable d’attendre, au risque de provoquer des tassements très préjudiciables à l’enracinement de la culture.

Incorporer les lisiers et fumiers de volailles dans les 2-3 heures qui suivent l’épandage

Dans les lisiers et les fumiers de volailles, l’azote est majoritairement présent sous forme ammoniacale. Cette forme est rapidement disponible pour la culture, mais elle est aussi très sensible à la volatilisation dans l’atmosphère. Ainsi, en conditions de sol sec, de temps venteux et ensoleillé, les pertes peuvent aller jusqu’à 50 %. Un enfouissement rapide, si possible dans les 2-3 heures après épandage, permet de limiter les pertes et de réaliser des économies d’engrais substantielles.

Pour une efficacité optimale, ces produits doivent être épandus au plus proche du semis. Un lisier apporté au stade 6-8 feuilles, incorporé par un binage ou injecté dans l’inter-rang, sera également très bien valorisé.

Tenir compte des autres éléments apportés par les engrais organiques

Phosphore et potassium des Pro : même efficacité qu’un engrais minéral

Par rapport au phosphore minéral, l’efficacité du phosphore d’un engrais de ferme est comprise entre 70 et 95 % l’année de l’apport, selon les produits. Après un an de présence dans le sol, le phosphore a le même effet sur l’enrichissement du sol que les engrais phosphatés solubles dans l’eau.

Quant au potassium contenu dans les engrais de ferme, il a exactement la même efficacité que celui contenu dans les engrais minéraux.

Tableau 1 : Valeurs moyennes des besoins totaux en azote (plante entière) et des exportations en phosphore et potassium du maïs fourrage

Des économies de soufre et d’amendement basiques

Tous les engrais de ferme contiennent aussi des oligoéléments, tel que le soufre, nécessaires dans les rotations avec céréales, colza ou prairies, et des bases calciques qui contribuent à limiter l’acidification naturelle des sols. Ainsi, les épandages d’effluents d’élevage permettent de réduire significativement les apports d’amendements basiques. Sur les parcelles recevant régulièrement des fumiers ou des lisiers, un apport de 100 à 150 kg CaO/ha/an suffit pour compenser l’acidification naturelle, au lieu de 200 à 300 kg CaO/ha/an habituellement nécessaires.

Un suivi régulier du pHeau est conseillé, au moins tous les 5 ans.

Points clés pour une valorisation maximale des engrais de ferme

- Epandre les fumiers de bovins 1,5 à 2 mois avant les semis de maïs.
- Incorporer les lisiers et fumiers de volailles dans les 2-3 heures qui suivent l’épandage.
- Faire analyser régulièrement ses fumiers et lisiers pour ajuster les quantités apportées.
- Tenir compte de tous les éléments apportés (NPK et soufre, magnésium, oligo-éléments, bases calciques) dans la stratégie de fertilisation et de chaulage de la rotation.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10