En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Récolte et conservation de l’herbe

Comment réussir ses stocks ?

01 juillet 2010

La stratégie fourragère des exploitations d’élevage est en fonction des attentes et motivations personnelles de chaque éleveur. Quel que soit le système en place, il est nécessaire d’assurer les stocks fourragers.

Comme tous fourrages récoltés, l’herbe est une culture où l’optimisation du rendement permet de maîtriser son coût.

Il existe des différences de prix de revient entre fourrages (figure ci-dessous).



L’espèce et le stade physiologique détermineront la date de fauche en ensilage, enrubannage ou foin. Selon le stade à la récolte, la teneur en matière sèche ainsi que la teneur en Matières Azotées Totales (MAT) évoluent. Selon le mode d’exploitation, la valeur alimentaire du fourrage varie et le lait permis n’est pas le même. 
L’ensilage met en œuvre des fermentations où les bactéries lactiques transforment, en milieu humide et en l’absence d’oxygène, des glucides solubles en acide lactique. L’abaissement du pH empêche l’activité néfaste d’autres micro-organismes, tant que l’anaérobiose est maintenue. Le silo stabilisé peut ainsi se conserver plus d’un an.
Les composants qui ralentissent l’abaissement du pH d’un ensilage (pouvoir tampon) sont principalement les matières minérales et les acides aminés issus de la dégradation des protéines .

L’enrubannage : cette technique de récolte permet d’avoir une meilleure souplesse pour l’exploitation des fourrages, notamment dans la gestion des chantiers de récolte, l’organisation du travail ou lors de conditions climatiques difficiles.

Le foin : indispensable pour équilibrer les rations à risque acidogène, le foin par sa richesse en fibre, permet une meilleure rumination. Par ailleurs, il permet de sécuriser les stocks fourragers. Il faut évaporer de 2 à 5 kg d’eau par kg de matière sèche (MS).

Le séchage s’effectue en deux temps :
• Une phase de séchage rapide où l’eau est perdue par les stomates. Les feuilles desséchant plus vite que les tiges, l’eau des tiges migre vers les feuilles.
• Une phase de séchage lente pendant laquelle l’eau restante est évacuée à travers la cuticule.

Cela signifie que pour profiter au maximum de la dessiccation rapide dans les quelques heures qui suivent la fauche, il faut faner immédiatement après celle-ci.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10