En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Reconnaissance des plantules de ray-grass, vulpin et folle avoine Vidéo

Comment reconnaître ray-grass, vulpin et folle avoine au stade plantule ?

08 octobre 2020

Les graminées sont toutes très semblables à ce stade. Mais quelques astuces d’observations permettent de les distinguer : préfoliaison, ligule, oreillettes, pilosité, couleur… Explications en vidéo avec les experts d’ARVALIS.

Les principaux éléments de reconnaissance



Plusieurs caractéristiques morphologiques permettent d’identifier les graminées au stade jeune :
• la préfoliaison : pliée (ex : pâturin), enroulée (ex : céréales…)
• la ligule : présence/absence, membraneuse ou cilié, taille, aspect sommital : tronqué, dentée
• oreillette : présence/absence
• limbe : pilosité (présence/absence, répartition), nervation
• gaine : section (ronde, aplatie...), pilosité, coloration (base de la tige)

Focus sur le vulpin et le ray-grass

Le vulpin et le ray-grass sont aujourd’hui les graminées les plus problématiques, notamment en région Centre / Ile-de-France. Il est donc essentiel de pouvoir les distinguer à des stades très jeunes.

Le vulpin a une préfoliaison enroulée, une ligule développée et légèrement denticulée, pas d’oreillettes, un limbe glabre et une gaine fendue et fréquemment teintée à la base en mauve. A partir de la deuxième feuille, la teinte est terne, vert bleuté, surtout pour la face supérieure.

Le ray-grass a une préfoliaison enroulée, une ligule peu développée, des oreillettes à partir de la quatrième feuille, un limbe glabre et une gaine généralement teintée de rouge. La face inférieure des feuilles est brillante.

Pour aller plus loin- Testez vos connaissances avec le quizz sur les adventices
- Consultez le site de référence sur la reconnaissance des adventices

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

1 commentaires 09 octobre 2020 par CHICOUENE

De nombreuses confusions persistent, sans prise en compte de la bibliographie sérieuse ; certes certaines confusions célèbres des références indiquées en fin de vidéo (ACTA et Infloweb) ne sont pas reprises mais il y en a encore plusieurs. Chez les espèces de RG (disons Lolium multiflorum, L. rigidum, L. perenne, et leurs intermédiaires) les plus courantes depuis plusieurs décennies, les plantules et les jeunes talles ont une préfoliaison pliée. Les "folles avoines", disons les Avena sauvages (avec 4 taxons dans une grande partie de la France) peuvent être glabres (cf. par ex. livre de 1983 par Montégut et Jauzein "Graminées nuisibles en agriculture" p. 232-233). Avena fatua lève effectivement surtout en fin d'hiver en cultures d'automne, et début de printemps, mais à l'opposé, il est connu depuis 1 siècle que par ex. Avena ludoviciana lève surtout en automne, et cette espèce est fréquente en climat tempéré sur sol calcaire (ex. puisque cette région est citée dans la vidéo : in "Flore de l'Ile de France" de Jauzein et Nawrot (2011) p776 "thérophyte hivernale... très dispersée dans la région...").

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10