En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Poitou - Charentes

Stratégie de désherbage du maïs en post levée : Comment positionner les nouveautés ?

26 mars 2010

Le désherbage du maïs vise à limiter la concurrence avec les adventices dès les stades jeunes du maïs pour préserver le potentiel de rendement.

Pour choisir une stratégie de désherbage, la flore est un critère important (parmi d’autres tels que matériel, type de sol, conditions climatiques, organisation du travail…). La reconnaissance des mauvaises herbes au champ est donc un point clé dans la réflexion. En forte présence de graminées, il est recommandé de choisir une stratégie impliquant un passage de pré-levée, ce qui permettra de grouper les levées ultérieures et de faciliter les rattrapages (Tableau 1 : Stratégies conseillées selon le type et la complexité de la flore dominante).

Une stratégie intéressante : la post-levée précoce

Dans certaines situations (semis précoces et besoin de persistance du désherbage, parcelles avec flore assez simple, objectif de passage de désherbage unique…), un passage de post-levée précoce (qui associe un anti-graminées racinaire avec une tricétone et/ou une sulfonylurée), à condition d’avoir de bonnes conditions d’humidité, peut trouver son intérêt. Dans ce cas, le passage peut être réalisé autour de 2-3 feuilles du maïs, sur des adventices tout juste pointantes (Tableau 2 : Exemples de stratégies sur flore simple de dicotylédones classiques, peu ou pas de graminées : postlevée précoce). 

Cette stratégie de post-levée précoce est souvent mise en œuvre dans l’objectif de ne pas rattraper. Cependant, il est parfois utile de faire un rattrapage de post-levée classique. Dans ce cas, on veillera à maîtriser le coût de cette première application.

Pour les stratégies de post-levée : focus sur les nouveaux herbicides en 2010

De nouveaux produits sont disponibles pour la campagne 2010 :
► L’Auxo (tembotrione 50 g/l + bromoxynil octanoate 262 g/l + isoxadifen éthyl 25 g/l), présente un large spectre d’action sur les adventices, un peu supérieur aux autres tricétones du marché (callisto, mikado…). On retrouve une meilleure efficacité sur les renouées (liseron, des oiseaux et persicaire). La plupart du temps, il s’utilise avec un adjuvant (Actimum, surf 2000, heliosol…).
► Le Peak (prosulfuron 75 %) s’emploie associé à un mélange de base « tricétone + sulfonylurée ». Il trouve tout son intérêt sur matricaire, mercuriale et mouron des oiseaux. Le produit CASPER associe prosulfuron et dicamba et va permettre de viser les vivaces tels que le liseron des haies en plus des annuelles.
► Le Biathlon (tritosulfuron 71.4 %) est une sulfonylurée qui présente une efficacité sur dicotylédones. Il apporte un complément sur les renouées. Ce produit s’utilise en association avec un mélange de base « tricétone + sulfonylurée » et s’emploie avec un adjuvant (Dash). Il ne peut être utilisé qu’un an sur deux dans une parcelle et son utilisation ne peut se faire qu’en un seul passage, il n’est pas possible de fractionner la dose.

Le nicosulfuron (matière active du Milagro) existe aujourd’hui sur le marché sous forme de produits génériques (comme le NEMO) et également sous forme de nouvelles formulations (tels que le RITMIC/VICTUS ou encore le MILAGRO EXTRA 6 OD / PAMPA PREMIUM 6OD). Les efficacités de ces spécialités sont assez proches. Il en existe d’autres sur le marché que nous n’avons pas testé pour le moment.
De même, on trouve aujourd’hui le produit DIODE qui est un produit à base de sulcotrione (matière active du MIKADO) avec une efficacité comparable.

Les conditions d’application

La clé de réussite des traitements de post-levée réside dans les conditions d’applications (hygrométrie > 70%, vent < 19 km/h). Le traitement doit s’effectuer préférentiellement par temps poussant avec des températures entre 10 et 25°C dans les 48 h (pas de forte amplitude thermique).

Les doses de produits à appliquer sont adaptées à la flore présente et aux stades des adventices les plus « difficiles » à détruire (telles que les renouées des oiseaux, les mercuriales…). L’objectif est toujours de viser des adventices jeunes (moins de 3-4 feuilles) (Tableau 3 : Exemples de stratégies de postlevée avec une flore simple et complexe).

Suivant les sols, un binage fait en conditions sèches (pas de pluie dans les 48h) peut apporter une efficacité intéressante en rattrapage d’un premier passage chimique efficace (qui aura notamment permis de bien nettoyer le rang).

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10