En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Origine de la verse en maïs Messagerie Poitou-Charentes / Vendée

Comment expliquer la verse précoce du maïs parfois observée ?

11 juin 2020

Des maïs à 7-8 feuilles présentent de la verse précoce dans le Sud Vendée (en marais) et en Poitou-Charentes, souvent en terre argileuse. Plusieurs hypothèses sont en cours d'analyse pour expliquer ce phénomène inhabituel.

Un lien avec les implantations difficiles

Après l'automne et l'hiver extrêmement humides, puis une période de sec au moment des semis de maïs, la préparation des sols a souvent été compliquée : sols compactés, difficiles à reprendre.

Des phénomènes de tassements, parfois sévères, au-delà de 10-15 cm, sont observés. Les racines adventives, incapables d’aller plus en profondeur, se sont « coudées » (photo 1). Preuve d’une implantation difficile, dans un premier temps superficiel. Les ennoiements de début mai sur certains secteurs, suivis du coup de sec de la deuxième quinzaine, ont certainement joué un rôle défavorable à l’enracinement.


Photo 1 : racine de maïs coudée à cause du tassement et qui a continué à pousser à l’horizontale (8 juin 2020, Saint-Symphorien, Deux-Sèvres)

On note également la faible présence de racines adventives, assurant en temps normal la tenue des plantes à ce stade.

Une maladie racinaire ?

On note également la présence de racines nécrosées, pas toujours faciles à observer, notamment les premières racines coronaires, qui n’ont dans ce cas pas joué leur rôle.

Ces symptômes sont clairs et nets dans nos essais mais le sont un peu moins dans certaines parcelles.

Pour bien les observer, il est conseillé de sortir délicatement les plantes avec une bêche (pour éviter que les racines nécrosées restent dans le sol) et les laver à l’eau.

Ces symptômes semblent assez caractéristiques d’une attaque précoce de rhizoctone. Des échantillons ont été envoyés pour analyse en laboratoire pour confirmer ou non cette hypothèse. Il est admis que les maladies racinaires sont favorisées par le tassement et l’alternance ennoiement / coup de sec, qui stressent l’implantation de la culture.


Photo 2 : système racinaire nécrosé (racines adventives et racines coronaires), avec disparition du reste des racines

Autres possibilités

Autres maladies racinaires dont Pythium

Il est possible que les analyses en laboratoire révèlent la présence d’autres champignons (Pythium, Fusarium), responsables de nécroses racinaires. Il n’est pas rare de les retrouver lors d’un accident d’implantation, mais ils ne sont pas la cause primaire de l’incident. Ces pathogènes opportunistes s’installent en sur-infection.

Phytotoxicité d’herbicide

Des phytotoxicités peuvent provoquer de la verse :
- dérivés auxiniques : verse désordonnée, anarchique de certaines plantes,
- chloroacétamides, toluidines (produits racinaires) : en cas d’application juste avant une pluie importante, notamment en sols légers, ce type de produit peut perturber le développement racinaire et entraîner de la verse.

Cependant, dans ces cas, d’autres symptômes relatifs à ces accidents devraient être visibles.

Attaques de scutigérelles

La répartition des symptômes sur la parcelle et la fréquence du problème à l’échelle de la région n’en fait pas une piste privilégiée.

Bien qu’on retrouve des symptômes semblables dans de nombreux cas, il n’est pas exclu que d’autres cas de verse divergent, il est donc important d’être attentif aux autres symptômes rencontrés.

Dans l’attente d’en savoir plus

Aux Etats-Unis, la bibliographie fait état du « Rootless and Floppy Corn syndrom », syndrome du maïs sans racine et « mou/flexible », qui fait penser à nos parcelles accidentées.

Il s’agit d’un problème plutôt abiotique dû à la fois aux conditions d’implantation et aux conditions climatiques : tassement, premier horizon du sol soufflé et sec, et pouvant être en lien avec un ennoiement. Les racines adventives, dans ces conditions et avec le vent n’arrivent pas à s’enraciner, mettant la culture en difficulté vers 7-8 feuilles.

En résumé

Dans l’attente d’un retour du laboratoire pour les maladies des racines, on peut dire que dans tous les cas, les conditions d’implantation et climatiques (alternance conditions humide/très sèche) contribuent fortement aux problèmes observés. Que ce soit dû à une maladie ou purement aux conditions de l’année, il n’y a malheureusement pour l’instant aucune action corrective envisageable.

Pour vos prochains diagnostics :
- un coup de bêche pour identifier un tassement anormal
- laver les racines pour observer d’éventuelles nécroses,

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10