En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Taches physiologiques sur blés et orges Messagerie Lorraine

Comment distinguer taches physiologiques et septoriose du blé ?

23 avril 2020

Depuis mi-mars, la Lorraine connaît un rayonnement exceptionnel couplé à un manque cruel de précipitation et à des températures qui font le grand écart. Ces à-coups climatiques mettent les céréales en situation de stress. En réaction, des taches physiologiques peuvent alors apparaître sur les feuilles. En pleine montaison il est important de ne pas les confondre avec d’autres symptômes tels que la septoriose.

En s’approchant, les taches peuvent être différenciées facilement !

Les taches dites « physiologiques » sont dues à une réaction des céréales face à différents stress abiotiques. Ceux-ci sont bien souvent liés à des amplitudes thermiques importantes (> 15°C), des rayonnements excessifs, auxquels s’ajoutent parfois des facteurs aggravants tels que le manque d’eau, une faim d’azote ou l’application d’herbicides ou de régulateur. En aucune façon ces taches sont provoquées par un pathogène (champignon, bactérie, virus…).


Photo de gauche : taches de septoriose présentant les points noirs en leur centre (pycnides). Deux photos de droite : taches physiologiques de forme et taille diverses sans point noir.

Pour faire la différence avec les taches induites par la septoriose, il existe un indicateur simple et sûr : la présence ou l’absence de pycnides (points noirs) au centre des taches. Ces pycnides noires sont les organes de fructifications de la septoriose.

Un indice supplémentaire : le gradient d’évolution des taches dans les plantes

L’observation au champ de la répartition des symptômes peut compléter le diagnostic. La septoriose progresse du bas vers le haut à la faveur des pluies tandis que les taches physiologiques restent cantonnées à un étage foliaire (bien souvent les étages supérieurs - F1 ou F2 du moment - davantage exposés aux stress abiotiques).

Bien faire la différence, c’est maîtriser ses charges

Connaître l’origine des taches est capital pour éviter des traitements inutiles. Les taches physiologiques sont une réaction ponctuelle et réversible de la plante. Elles n’engendrent en aucun cas des pertes de rendement.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10