En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
picto repères 2017 Vidéo

Comment diagnostiquer au champ des dégâts de gel à montaison sur céréales à paille ?

11 mai 2017

Dans cette vidéo, Jean-Charles Deswarte, spécialiste en écophysiologie chez ARVALIS – Institut du végétal, donne quelques règles simples à suivre pour déterminer au champ la présence, ou l’absence, de dégâts sur épis, suite à un épisode de froid survenu durant la montaison des blés et des orges.

Cas des céréales ayant dépassé le stade « dernière feuille étalée » (l’épi mesure plus de 5 cm)

- Prélever 5 plantes aléatoirement dans une parcelle. 
- Sélectionner le maître-brin et les deux tiges principales.
- repérer l’épi au toucher et dérouler les gaines des feuilles qui l’entourent. 
- Des épillets blancs et/ou atrophiés témoignent de dégâts de gel.
- On peut estimer qu’une perte de 10 % des épillets va se traduire par une pénalité de rendement de 5 à 8 % en blé et de 8 à 10 % sur orge.

Cas des céréales n’ayant pas encore dépassé le stade « dernière feuille étalée » (l’épi mesure moins de 5 cm)

- Prélever 5 plantes aléatoirement dans une parcelle. 
- Sélectionner le maître-brin et les deux tiges principales.
- Repérer l’épi au toucher et sectionner la tige dans le sens de la longueur. 
- Si L’épi est encore vert en son centre et que les épillets en périphérie présentent un aspect brillant et turgescent : pas de dégât de gel.
- Si l’épi a perdu son aspect brillant et turgescent ou qu’il est nécrosé : dégâts de gel.
- L’impact sur la culture peut être limité si la densité finale d’épis reste satisfaisante. La régression des tiges touchées va permettre le développement de tiges plus jeunes. Il existe cependant un risque avec une reprise de tallage et la montée de tardillons qui pourraient être récoltés encore verts.

Dans tous les cas, l’échantillonnage est important, et doit porter sur le maître-brin et sur 1 ou 2 talles (selon l’espèce et la densité de plantes). Une estimation visuelle trop rapide risque de conduire à une sur-estimation des dégâts (les épillets blancs ou altérés « tapent à l’œil ») ; il est donc nécessaire de réaliser un comptage soigné.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

4 commentaires 03 mars 2018 par TORCHE

Heureusement que le gel n'a pu eu raison pour le blé tendre ,sortie dernière feuille.

15 mai 2017 par BUARD

merci. peut de dégât juste une zone à 10% pointe supérieur de l'epis

12 mai 2017 par TETARD

merci pour la demo tres instructif

12 mai 2017 par MARTIN

Très bel exercice pour une bonne démonstration.

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10