En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Levée du maïs, avant désherbage de postlevée en 2021, en région Nord Messagerie Nord

Climat sec : les stratégies herbicides recommandées sur maïs

29 avril 2021

Avec le manque de pluies depuis le 10 avril, se pose la question de la conduite du désherbage du maïs. Intervenir en prélevée ou attendre la postlevée ? Voici les préconisations pour cette campagne 2021.

Cette année, les semis sont un peu plus tardifs qu’en 2020, avec un climat printanier assez différent, notamment des températures qui ont du mal à monter en journée et des gelées blanches encore régulières le matin. Même si quelques semis ont débuté fin mars, les chantiers se sont vraiment accélérés autour du 15 avril. Les conditions de préparation des sols étaient très bonnes jusqu’en début de semaine (effet du gel hivernal et pluies du 10 avril). L’absence de pluviométrie depuis et le vent permanent de la semaine dernière ont bien asséché les sols en surface.

Pour les prochains semis et en l’absence de pluie significative dans les jours à venir, il est recommandé d’aller travailler ou enterrer suffisamment les graines (5 cm minimum) pour trouver de la fraîcheur et de l'humidité. Cela aura aussi l’avantage d’épuiser plus rapidement les corvidés en cas d’attaques. Quelques premiers retours montrent qu’ils sont encore malheureusement bien présents ce printemps.

Adapter sa stratégie herbicide

Le choix de la stratégie et des matières actives à employer dépend de la flore attendue/présente et des conditions climatiques.

Il faut notamment être beaucoup plus attentif sur renouée des oiseaux, renouée liseron et mercuriale qui sont peu ou mal contrôlées par les produits de prélevée, qui lèvent tôt, se développent très rapidement et sont difficiles à détruire à des stades avancés.

Tableau 1 : stratégies de désherbage possibles sur maïs selon la flore

Pour optimiser la prélevée

Les herbicides appliqués en prélevée nécessitent un cumul de 10 mm de pluie dans les 15 jours qui suivent l’application pour garantir une efficacité optimale.

Cependant, si ces conditions ne sont pas réunies :

- Si la pression graminées est forte dans la parcelle : il conviendra tout de même de réaliser l’opération en essayant de la positionner au plus près du semis pour bénéficier de l’humidité résiduelle. En effet, en conditions sèches, l’efficacité des chloroacétamides n’est pas nulle et limitera le risque d’avoir à gérer en postlevée des situations non contrôlables par des produits foliaires (graminées résistantes aux sulfonylurées notamment). La gestion des ray-grass résistants impose le recourt à la prélevée. Les résultats mettent en évidence une meilleure efficacité des associations de chloroacétamides à base de S-métolachlore et de DMTA-P (Isard 1,2 + Dual Gold 1,1 ou Dakota P 3 + Dual Gold 1,1).

- Si la pression graminées n’est pas trop forte et que les produits le permettent, on pourra reporter l’intervention en postlevée précoce, éventuellement avec des produits foliaires pour garantir une meilleure efficacité sur les premières levées d’adventices.

Intervenir en postlevée précoce ?

Passer uniquement en postlevée peut constituer une alternative dans différents cas, par exemple si les semis sont très précoces ou que les conditions en post-semis – prélevée sont très mauvaises, ou bien encore si l’on est sûr de l’absence de certaines graminées...

Le report en postlevée précoce (1-3 feuilles du maïs, adventices en cours d’émergence) d’associations à base de Dual Gold ou Isard avec une tricétone (Camix) et/ou une sulfonylurée constitue une option possible. La thiencarbazone-méthyl (Adengo Xtra) peut également être utilisée en association avec un chloroacétamide ou une sulfonylurée (nicosulfuron) en postlevée précoce pour ce type de flore. Ce type de stratégie, testée depuis des années dans les réseaux d’essais, présente l’avantage d’être moins sensible aux conditions climatiques que la prélevée seule. Dans ce type de stratégie, l'efficacité foliaire des produits vient contrebalancer un manque d’efficacité des produits racinaires en conditions sèches.

Lorsque la levée des adventices est avancée, et notamment dès que les graminées ont dépassé une feuille, mieux vaut se reporter sur des associations de postlevée dans le cadre d’un programme à un ou deux passages.

Tableau 2 : Exemples de stratégies sur flore simple de dicotylédones classiques en prélevée ou postlevée précoce du maïs

Pour des préconisations plus complètes, consultez le guide régional Choisir et décider - maïs 2021 :
- Normandie
- Hauts-de-France / Champagne-Ardenne

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10