vibrodechaumeur Alternatives au glyphosate

Choisir et régler son outil de travail du sol pour maîtriser les adventices annuelles

13 janvier 2022

Parmi les alternatives au glyphosate, le travail du sol est le principal outil de gestion des adventices annuelles à l’interculture. Cependant, il convient de prêter attention au choix de l’outil, à son réglage et aux conditions climatiques pour obtenir des résultats satisfaisants.

La flore ciblée et les conditions climatiques (elles-mêmes partiellement déterminées par la période de l’année) influencent la faisabilité et l’efficacité (en matière de gestion des plantes) des différents modes de travail du sol (tableau 1). À noter que l’état du sol (structure, nivellement, humidité) est également à prendre en compte.

Tableau 1 : Efficacité de différentes techniques de destruction des couverts végétaux et des adventices
Efficacité de différentes techniques de destruction des couverts végétaux et des adventices

(1) Travail superficiel sur 100 % de la surface

Les graminées sont les plus difficiles à détruire. En dehors du labour, elles sont peu sensibles à la plupart des techniques alternatives au glyphosate, surtout à partir du tallage en conditions humides (figure 1). Quant au travail superficiel, son efficacité est très dépendante du climat sur ce type de cible : les conditions doivent impérativement être séchantes.

Quelle que soit la météo, les dicotylédones annuelles sont faciles à détruire du stade jeune plantule au stade « 3-6 feuilles » ou rosette. En revanche, il existe des différences de comportement entre espèces de dicotylédones passé le stade « 3 feuilles ». Le gaillet gratteron, la matricaire et le géranium se sont ainsi montrés aussi durs à détruire que des graminées, contrairement à de nombreuses autres dicotylédones comme les repousses de colza, le laiteron rude ou le séneçon commun.

Figure 1 : Taux de destruction des adventices ou des repousses par un travail superficiel du sol selon un indicateur de l’humidité du sol, pour deux classes d’adventices à trois stades différents
Taux de destruction des adventices ou des repousses par un travail superficiel du sol selon un indicateur de l’humidité du sol, pour deux classes d’adventices à trois stades différents

Synthèse d’essais ARVALIS et Terres Inovia sur les trois dernières campagnes

Indicateur d’humidité : plus le chiffre est positif, plus les conditions sont humides. Inversement, plus le chiffre est négatif et plus elles sont séchantes

Quel outil de travail superficiel privilégier ?

Pour détruire les adventices efficacement par un travail superficiel du sol, il est nécessaire de travailler 100 % de la surface, pour que toutes les adventices soient déracinées.

L’atteinte de cet objectif dépend du choix du matériel. Les outils à dents équipées de socs larges, travaillant bien à plat et se chevauchant entre eux, sont plus adaptés que les outils à dents équipées de socs étroits ou que les outils à disques (tableau 2, photos 1 et 2).

Tableau 2 : Aptitude de différentes catégories de matériels de déchaumage à la destruction de repousses et d’adventices, en conditions estivales (séchantes)
Aptitude de différentes catégories de matériels de déchaumage à la destruction de repousses et d’adventices, en conditions estivales (séchantes)

(A) à nuancer selon les angles d’attaques et d’entrure
(D) nécessité d’intervenir sur des adventices ou repousses peu développées

Le déchaumeur à trains de disques (« cover crop ») passé superficiellement n’a pas travaillé toute la surface
Photo 1 : Le déchaumeur à trains de disques (« cover crop ») passé superficiellement n’a pas travaillé toute la surface, laissant des lignes de repousses de colza non déracinées. Cet outil est mieux adapté aux faux-semis. En augmentant la profondeur de travail, le résultat aurait pu être correct.

Le cultivateur équipé de socs larges a déraciné quasiment 100 % des repousses de colza
Photo 2 : Le cultivateur équipé de socs larges a déraciné quasiment 100 % des repousses de colza, ce qui a permis leur destruction dans la mesure où le climat qui a suivi le passage était séchant.

De nombreux points de détail au niveau des pièces travaillantes des matériels ont leur importance, comme la rigidité des dents ou le recouvrement entre socs pour les cultivateurs ou les vibro-déchaumeurs. Pour les outils à disques, le diamètre des disques et leurs angles d’attaque et d’entrure impactent leur capacité à faire un travail homogène. Les équipements du déchaumeur sont aussi à regarder de près.

Préférer la herse peigne au rouleau qui rappuie

La destruction des adventices se faisant essentiellement par dessèchement, il est souhaitable de laisser les adventices en surface, les racines à l’air dans ou sur un sol non rappuyé. La présence d’une herse à l’arrière est alors un atout, au contraire d’un rouleau lourd qui sera plus adapté aux faux-semis, pour faire lever de nouvelles adventices (photo 3). En l’absence de rouleau, le contrôle de profondeur doit se faire par des roues positionnées à l’intérieur du châssis, et dont les traces seront reprises par des dents.

Le rouleau de ce vibrodéchaumeur a été enlevé pour ne garder que la herse
Photo 3 : Le rouleau de ce vibrodéchaumeur a été enlevé pour ne garder que la herse, de manière à favoriser le desséchement des adventices.

Bien évidemment, la destruction des adventices n’est qu’un objectif parmi d’autres pendant l’interculture. Le choix des matériels doit aussi prendre en compte ces autres considérations : la gestion des pailles, le contrôle des limaces, la préparation du lit de semences, les faux-semis…

Régler la profondeur de travail pour déraciner les adventices

Il faut aussi prendre en compte la profondeur de travail réalisée, puisqu’un outil créant un profil irrégulier peut cependant donner satisfaction s’il travaille suffisamment profond. Il en est de même avec des adventices développées bien ancrées dans le sol : le réglage de la profondeur de travail est un levier pour aller déraciner ces plantes.

Pour « scalper » 100 % des adventices, il est indispensable de réaliser un mini-profil au champ pour valider que la profondeur de travail de l’outil est adaptée et que le travail réalisé est satisfaisant (photos 1 et 2).

Une astuce permet d’améliorer l’efficacité des outils à disques : Croiser les passages, avec un premier parallèle aux lignes de semis et un second selon un angle de 10 à 15° par rapport au premier passage.

Trop de profondeur peut être contre-productif

ARVALIS et Terres Inovia ont caractérisé le pourcentage de destruction des adventices selon l’outil utilisé et sa profondeur de travail, les données météo, les espèces adventices à détruire et leur stade de développement, sur leurs essais lors des trois dernières campagnes .

Globalement, approfondir le travail du sol n’a pas apporté d’efficacité supérieure. En effet, en travaillant plus profond, un outil a tendance à créer plus de mottes, ce qui limite la mise à nu des racines. Par ailleurs, cela tend à enfouir partiellement des adventices plutôt que de les laisser en surface, ce qui limite alors les chances de les voir se dessécher.

Toutefois, pour gérer des adventices comme des ambroisies qui seraient présentes dans les ornières faites par le pulvérisateur, il peut être nécessaire de travailler à cet endroit-là le sol plus profond, avec un matériel ou un réglage spécifique.

Le labour, solution quasiment tout-terrain sur les annuelles

L’enfouissement des adventices et des couverts avec une charrue assure en général leur destruction totale (photo 4). Néanmoins, la destruction des adventices par ce moyen est plus difficile dans certains sols se retournant mal, comme les sols pierreux superficiels ou argileux plastiques.

De plus, les couverts végétaux développés et hauts ont cependant souvent besoin d’être broyés au préalable.

La charrue assure en général une destruction totale des adventices et couverts présentes à la surface du sol.
Photo 4 : La charrue assure en général une destruction totale des adventices et couverts présentes à la surface du sol.

Il est également possible que les labours réalisés entre l’été et le début d’hiver puissent « reverdir ». Il faudra alors détruire ces nouvelles adventices en sortie d’hiver ou avant semis, en profitant de la préparation du lit de semences. Toutefois, cela peut être délicat avec des graminées tallées et un climat peu séchant. De plus, cette opération peut dessécher le lit de semence ou, en sols argileux, remonter des mottes et causer des problèmes de levée de la culture.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

5 commentaires 16 janvier 2022 par ALLARD

Bonjour à tous, Il faut juste s'adapter à la situation au moment venue !!! Contrairement à Mr Berhaut, je pratique un déchaumage profond juste après mes épandages de compost. Mon deuxième déchaumage est effectué à 5-8 cm de profondeur et je peux vous certifier que les graminées n'aiment pas du tout. Pour déchausser des graminées en déchaumant à 5 cm de profondeur au premier passage, il ne faut pas rêver vous ne les éliminerez pas !!!

14 janvier 2022 par POISSON

pour enfouir les graine (adventices graminees rien de telle qu une charrue par exemple de 16 pouce a 15 cm de profondeur mais ya un mais ca ressort les anciennes semences et la matiere organique tres mal positionnées pour garder une structure et limiter l erosion ,je bannis donc cette technique.

14 janvier 2022 par Bordeau

Comment réaliser un labour efficace tout en étant le moins profond possible ? Y a-t-il un seuil de profondeur à respecter, ou des critères de qualité de retournement à surveiller ?

14 janvier 2022 par GUEGUEN

c'est bien mais à quel cout et combien de temps passer à l'ha . pour l'agriculture de conservation où il ne faut pas bousculer la structure comment fait on.?

14 janvier 2022 par BERHAUT

Bravo. Un bon travail de synthèse et qui va dans le sens de nos préconisations en AB depuis déjà plusieurs années. En particulier le choix du dechaumeur à dents est déterminant, notamment nombre de dents, largeur des socs et forme. Objectifs : un bon recroisement et un scalpage sur 0-10 cm. Deux défauts chez les agriculteurs : vouloir « faire de la terre » dès le premier passage (contre productif contre les annuelles) et ne pas prendre le temps de vérifier le travail de l’outil en descendant du tracteur (profil de surface sur la largeur, comme sur vos photos). A retenir : le déchaumage (vivaces et annuelles) se pratique toujours par un travail de surface puis de plus en plus profond (du haut vers le bas). Les faux semis sont à pratiquer ensuite, après déchaumage, avant semis (destockage de surface). Frédéric BERHAUT conseiller BIO Chambre Agriculture 52

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10