En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
apports engrais de fond sur sol nu Fertilité des sols

Chaulage : adapter les apports d’amendements aux objectifs

02 août 2012

Entretien ou redressement du pH : les stratégies de chaulage diffèrent selon les parcelles et conditionnent la forme et la dose d’amendement.

Les actions à mener en fonction du pH eau

Lorsque le pH eau est inférieur à 5,6, un chaulage de redressement s’impose. Il a pour objectif de supprimer la toxicité de l’aluminium qui dans les sols très acides peut avoir de graves conséquences pour la production des cultures. La dose d’apport doit dans ce cas permettre de dépasser rapidement le pH eau critique de 5,5. La dose d’amendement nécessaire dépend du pH actuel du sol et de son pouvoir tampon, dont la CEC (Capacité d’échange cationique) est un assez bon estimateur pour les sols qui ne sont pas trop acides (pH eau > 5,0 (tableau 1).
Si le sol est très acide (pH eau ≤ 5,0) seuls les amendements d’action rapide, produits cuits ou crus pulvérulents, conviennent pour garantir un pH eau > 5,5 lors de l’implantation de la culture qui suit. La qualité de l’incorporation du produit, qui se doit d’être la plus homogène possible dans tout le volume de sol à corriger, a autant d’importance dans ce cas que la nature du produit utilisé.

Pour les sols dont le pH eau est supérieur ou égal à 5,6, l’apport d’amendement basique a pour objectif de le maintenir au-dessus du seuil critique de 5,5 afin d’éviter tout risque de toxicité de l’aluminium pour les plantes. La nature des produits disponibles sur le marché permet des stratégies d’apport très diverses dans ce cas. En effet, il suffit que l’amendement apporté libère chaque année l’équivalent de 150 à 300 kg CaO / ha, selon les conditions climatiques et les systèmes de culture, pour neutraliser l’acidité introduite dans le sol. L’apport fréquent de petites quantités d’amendement agissant vite tout comme l’apport tous les 5 à 10 ans de quantités importantes d’un amendement agissant lentement peuvent se concevoir. Les considérations pratiques (facilités d’épandage …) et économiques peuvent prévaloir dans ce cas.

Quel type de produit ?

Les amendements disponibles sont de deux types : les produits cuits (oxydes de calcium et de magnésium) et les produits crus (carbonates de calcium et de magnésium). Ces derniers sont classés comme pulvérulents, broyés ou concassés selon leur granulométrie. Avec la solubilité carbonique ce critère conditionne la vitesse d’action de l’amendement. Les produits pulvérulents, les plus fins, ont donc généralement une action rapide et conviennent bien pour les apports de redressement, alors que les produits concassés, les plus grossiers, ne peuvent convenir que pour les apports d’entretien.

Il ne faut pas confondre vitesse d’action et efficacité d’un produit. Qu’elle qu’en soit la nature, un amendement basique a pour objectif principal de neutraliser les protons présents dans le sol. L’augmentation de la CEC effective et du taux de saturation de celle-ci par les cations d’acidité négligeable (Ca2+, Mg2+, K+, Na+) n’en est que la conséquence. Ce dernier indicateur ne peut en aucune manière se substituer à la mesure du pH pour gérer le statut acido-basique d’un sol.
Lorsqu’un proton entre au contact d’une base, tel l’ion carbonate, il est neutralisé quel que soit le type d’amendement basique utilisé. Par contre, la vitesse à laquelle les protons présents dans le sol sont neutralisés dépend de la rapidité d’action du produit utilisé. L’action rapide n’étant pas toujours gage de plus grande efficacité, il y a donc lieu de ne pas confondre ces deux notions.

L’indicateur IPA (indice de positionnement agronomique) récemment introduit a pour mission de classer les produits en fonction de leur vitesse d’action, mais pas de caractériser leur efficacité vis-à-vis de la maîtrise du pH.

Consultez en pièces jointes :
- Tableau 1 : Quantités d’unités neutralisantes (kg CaO/ha) nécessaires pour augmenter le pH eau de 0,5 unités sur 0-25 cm, en fonction du pH initial et de la CECMetson

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10