Forte verse dans une parcelle d’orge en Occitanie Messagerie Ouest Occitanie

Céréales : un risque de verse qui varie selon l’espèce

14 avril 2022

Alors que le risque de verse est faible en blé dur, il est à un niveau moyen en blé tendre et fort en orges d’hiver. La grille ARVALIS permet de faire une estimation à la parcelle, en tenant compte des facteurs d’influence.

La douceur hivernale a permis une bonne minéralisation et un tallage abondant en blé tendre et en orges (pour les semis précoces). Les biomasses actuelles sont souvent élevées. Toutefois, d’autres facteurs climatiques sont également à prendre en considération et viennent nuancer ce risque.

Ainsi, les conditions observées entre les stades épi 1 cm et 2 nœuds jouent un rôle important vis-à-vis du risque de verse. Elles vont en effet conditionner, d’une part, l’allongement des entre-nœuds du bas de tige et d’autre part, la composition de la paroi de la tige (rapport C/N).

Evaluer son risque à l’aide d’une grille de décision

Pour apprécier le risque de verse, la grille de décision tient compte de la hiérarchie de différents critères en jeu (sensibilité variétale, pratiques culturales) et permet d’orienter la décision quant à la nécessité de réguler la parcelle.

Tableau 1 : Grille d’évaluation du risque de verse pour le blé tendre
Grille d’évaluation du risque de verse pour le blé tendre

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Retrouvez les grilles complètes dans les guides Choisir & Décider, traitements de printemps 2022 :
- en orge d'hiver,
- en blé tendre.

Si un régulateur est nécessaire, veiller à l’appliquer dans des conditions optimales !

Les risques de phytotoxicité suite à l’application d’un régulateur sont souvent sous-estimés et il y a souvent plus à perdre qu’à gagner dès lors que les conditions d’application ne sont pas requises. Il est indispensable de réaliser les traitements sur des cultures en bon état et dans des conditions climatiques favorables : temps poussant et lumineux.

Il faut éviter de mélanger le régulateur avec un fongicide ou un herbicide, même si cela peut être autorisé réglementairement. Si possible, respecter un délai de trois à quatre jours entre les deux produits. Les conditions sont difficiles en ce moment (froid, vent, amplitudes…) mais le mélange peut avoir des conséquences importantes sur la sélectivité des produits.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10