En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Symptômes de rouille brune sur feuille de blé en 2019 en Occitanie Messagerie Ouest Occitanie

Céréales : rouille brune en forte augmentation

09 mai 2019

La propagation des maladies - et notamment de la rouille brune - s'est intensifiée, à la faveur des pluies d'avril. Un traitement fongicide est à envisager si nécessaire.

Oïdium

Sur orges, la pression oïdium est forte. Les orges ont souvent une masse végétative importante suite au fort tallage hivernal. La variété Amistar, tolérante à la jaunisse nanisante de l'orge (JNO), semée dans de nombreux secteurs, est particulièrement sensible à l’oïdium (note de 3 sur 10). Les deux facteurs cumulés expliquent la forte pression de la maladie depuis le retour d’un climat propice (douceur et humidité).

Septoriose

L’inoculum est monté sur les feuilles hautes avec les pluies d’avril. Les symptômes liés à la contamination de début avril apparaissent sur F3 du fait d’un temps d’incubation de 3 semaines. Les symptômes sur F2 puis F1 apparaîtront courant mai. Les semis tardifs sont bien moins touchés ainsi que les variétés résistantes.

Rouille brune

Les blés tendres et blés durs sensibles (Bologna et Miradoux entre autres) sont de plus en plus atteints. La rouille brune explose dans le nord du Gers et le Lauragais du fait de températures favorables (8°C la nuit et 20°C la journée). Un traitement fongicide est indispensable sur les variétés sensibles. S’il n’a pas été fait à DFE (dernière feuille étalée), il devra etre prévu à la floraison.

Les pustules apparaissent 8 jours après la contamination.

Rouille jaune

Les variétés Tiepolo en blé tendre et Relief et RGT Voilur en blé dur sont régulièrement touchées par la rouille jaune. La présence de cette maladie déclenche le traitement.

Les parcelles doivent avoir été protégées au moins à floraison contre les maladies du feuillage et/ou de l’épi. Le risque fusariose sur variétés sensibles est actuellement présent.

Fusarioses des épis

Les blés commencent à fleurir pour les plus précoces. Les blés durs doivent être protégés contre la fusariose des épis. Cette espèce est très sensible à la contamination.

Il existe une grille pour raisonner sa protection en blé tendre.

Echelle de résistance des variétés de blé tendre 2018/2019

Grille d’évaluation du risque d’accumulation du DON dans le grain de blé tendre et d’aide au traitement contre la fusariose sur épi (Fusarium graminearum et F. culmorum)

ARVALIS - Institut du végétal 2011

Recommandations associées à chaque niveau de risque :

1 et 2 : Le risque fusariose est minimum et présage d’une bonne qualité sanitaire du grain vis-à-vis de la teneur en DON. Pas de traitement spécifique vis-à-vis des fusarioses quelles que soient les conditions climatiques.

3 : Le risque peut être encore minimisé en choisissant une variété moins sensible. Traiter spécifiquement vis-à-vis des fusarioses en cas de climat humide (cumul de pluie > 40 mm pendant la période entourant la floraison).

4 et 5 : Il est préférable d’implanter une variété moins sensible ou de réaliser un labour pour revenir à un niveau de risque inférieur. A défaut, effectuer un broyage le plus fin possible et une incorporation des résidus rapidement après la récolte. Pour ces deux niveaux de risque, envisager un traitement spécifique vis-à-vis des fusarioses, sauf si le climat est très sec pendant la période de floraison (cumul de pluie < 10 mm pendant les +/- 7 jours entourant la floraison).

6 et 7 : Modifier le système de culture pour revenir à un niveau de risque inférieur. Labourer ou réaliser un broyage le plus fin possible des résidus de culture avec une incorporation rapidement après la récolte sont les solutions techniques les plus efficaces et qui doivent être considérées avant toute autre solution. Choisir une variété peu sensible à la fusariose. Traiter systématiquement avec un traitement* anti-fusarium efficace.

* Traitements efficaces contre F. graminearum et F. culmorum : principalement produits à base de prothioconazole, tébuconazole ou metconazole, utilisés début floraison à une dose suffisante (60 à 80 % de la dose homologuée minimum, selon le produit utilisé). Le thiophanate-méthyl et une association dimoxystrobine + époxiconazole également efficaces contre les Fusarium ont récemment complété la gamme des solutions possibles. Notez que parmi les solutions efficaces contre les Fusarium spp., il existe des différences marquées d’efficacité sur Microdochium spp. Une nuance qui peut s’avérer importante certaines années.

Estimez le risque maladies à la parcelle

Des outils existent pour vous aider à estimer le risque pour vos parcelles :
- Le Bulletin de Santé du Végétal fait le point chaque semaine sur l’état sanitaire des blés et des orges de la région.
- En blé tendre, le Baromètre Maladies est un outil d’aide à la décision permettant d’évaluer les risques maladies. Associés à votre expertise, les résultats fournis par le Baromètre Maladies vous aident dans le raisonnement des interventions sur vos parcelles. 

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10