En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Lutte contre les graminées Messagerie Bretagne

Céréales : revenir à l’agronomie pour contrôler les fortes populations de graminées

24 octobre 2019

En cas de fortes infestations en graminées (ray-grass en particulier), il est utopique de compter uniquement sur les herbicides. Dans ces situations, il faut revenir sur des leviers agronomiques qui ont fait leur preuve : le labour occasionnel et le décalage de la date de semis.

Décaler la date de semis de trois semaines

En présence d’une population moyenne à forte en graminées, les nombreux essais mis en place soulignent l’intérêt de décaler la date de semis sur céréales d’hiver. Ce décalage permet d’esquiver une partie des levées de ray-grass (figure 1).

Un décalage de 200 degrés jours (environ 3 semaines) permet une réduction des populations de vulpins et de ray-grass proche de 60 %.

Pour un écart de 250 à 300 degrés jours entre 2 dates de semis, les efficacités sont en moyenne de 70 %. Entre 350 et 400 degrés jours, elles sont proches de 85 %. Et au-delà de 400 degrés jours (plus de 5 semaines entre 2 dates de semis), la réduction moyenne est de 90 % des populations de graminées.

Dans notre région, les références récentes ont confirmé que la date de semis optimale sur blé se situe dans une large période du 25 octobre au 10 novembre. Dans des conditions de salissement important en graminées, il y a donc peu de risque à décaler la date de semis en Bretagne.

Figure 1 : Réduction des populations de ray-grass et vulpins lors d’un décalage entre 2 dates de semis (11 essais – 2016 à 2019)

Le labour intermittent est efficace

Après un échec majeur et/ou une pression montante de l'infestation, un labour occasionnel ou intermittent (tous les 3-4 ans) est efficace.

Les semences d’adventices germent principalement dans les deux premiers centimètres du sol. Lorsqu’elles sont enfouies en profondeur par un labour, elles perdent leur pouvoir germinatif au bout de 1, 2 ou 3 ans. Afin de ne pas remonter des semences encore viables, un labour intermittent est très efficace sur les vulpins, ray-grass, bromes.

Des références récentes (essais de Rots – Calvados – de 2007 à 2013) ont montré qu’en culture d’hiver, un labour occasionnel permet une diminution par 3 du nombre d’adventices levées en sortie d’hiver (diminution par 4 des graminées, et de 50 à 80 % des dicotylédones).

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10