En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Adventices dans une parcelle de blé tendre avant désherbage de rattrapage au printemps 2021 en Pays de la Loire Messagerie Pays de la Loire

Céréales : quels herbicides utiliser pour un rattrapage de printemps ?

01 avril 2021

Alors que les céréales atteignent le stade 1-2 nœuds, la pression adventices est encore élevée dans certaines parcelles. Il est encore possible d’appliquer des herbicides sur des cibles spécifiques sous réserve d’intervenir avant les stades limites et dans des conditions optimales.

A la différence de la dernière campagne , l’automne 2020 a offert de bonnes conditions pour les opérations de semis des céréales à paille, et de bonnes fenêtres pour les désherbages. De nombreuses parcelles ont ainsi pu recevoir une intervention herbicide à l’automne, avec des niveaux d’efficacité relativement bons : en sortie d’hiver, elles étaient dans l’ensemble plutôt propres. Cependant, les températures douces observées au cours de l’hiver ont été favorables au développement des adventices non contrôlées par les interventions d’automne, et on retrouve des parcelles encore infestées de graminées, de dicotylédones ou de vivaces.

Trop tard pour les graminées automnales

Les graminées automnales sont les adventices les plus nuisibles pour les céréales d’hiver vis-à-vis de leur pouvoir concurrentiel : elles peuvent occasionner jusqu’à 30 q/ha de pertes de rendement. Elles peuvent également être relais de maladies, de l’ergot notamment. Bien que leur levée soit généralement plutôt automnale, il est possible d’observer des levées échelonnées jusqu’au printemps dans les zones les plus claires.

Dans la majorité des situations, il est désormais trop tard pour contrôler efficacement les graminées automnales (brome, ray-grass, vulpin), dont la maîtrise doit intervenir dès l’automne avec des herbicides racinaires et/ou en hiver avec des herbicides foliaires spécifiques. Dans tous les cas, l’efficacité ne sera satisfaisante que sur des stades jeunes. Au-delà du stade 1 nœud, les antigraminées foliaires ne seront plus opérants sur cette flore.

Des rattrapages possibles sur dicotylédones, folle avoine ou vivaces

Certaines dicotylédones présentent des levées échelonnées ou tardives (gaillet, séneçon, coquelicot, renouées…). Le choix des matières actives et des doses devra être adapté aux adventices présentes ainsi qu’à leur stade de développement (tableau 1). Une identification préalable de la flore s’impose.

Des rattrapages plus tardifs sont également possibles pour cibler les vivaces (chardons, chiendent) et les folles avoines. Il faudra néanmoins veiller scrupuleusement à respecter les stades limites d’application des spécialités, exprimés en stades phénologiques ou en délai avant récolte. En ce qui concerne les hormones en particulier, il n’est plus envisageable de les appliquer au-delà du stade 2 nœuds pour des raisons de sélectivité.

Tableau 1 : Spécialités herbicides utilisables en rattrapage tardif sur blé tendre d’hiver

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

* Pour protéger les organismes aquatiques, ne pas appliquer sur sol artificiellement drainé ayant une teneur en argile supérieure ou égale à 45
 %

Attention aux spécialités à base de metsulfuron-méthyl : des différences sont observées sur le plan de la réglementation : nombre d’application par an, sol basique, sol drainé, délai avant récolte, délai avant implantation d’une culture destinée à l’alimentation sur laquelle le metsulfuron n’est pas autorisé.

Sur vivaces, rappelons que les solutions en culture ne sont efficaces que sur les parties foliaires – la lutte sera à poursuivre en interculture.

Attention aux conditions de traitement

Les fortes amplitudes thermiques et les températures minimales négatives peuvent provoquer, lorsqu’elles sont couplées à une application herbicide, des phytotoxicités sur les cultures. Les conditions climatiques actuelles ne sont donc pas particulièrement favorables. On sera d’autant plus vigilant qu’il s’agit d’un antigraminées apparenté aux sulfonylurées.

Dans de telles situations, il est préférable de reporter l’intervention tant que les températures minimales descendent en dessous de -2°C, ou en cas d’amplitude thermique supérieure à 15°C dans les cinq jours encadrant le désherbage. De même, on s’abstiendra d’appliquer en mélange des herbicides avec des régulateurs ou des fongicides.

Pour plus d’informations, consultez l’ensemble de nos préconisations dans les guides Choisir & Décider – interventions de printemps 2021 : 
- blé tendre,
- blé dur,
- orge d'hiver,
- triticale.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10