En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Cicadelle observée sur de jeunes semis d’orge en 2018 en Bourgogne Messagerie Bourgogne-Franche-Comté

Céréales : poser des pièges pour surveiller les cicadelles

18 octobre 2018

Dans certains secteurs, les cicadelles sont de sortie, à la faveur des conditions météo. Voici les stratégies à mettre en place pour suivre l’activité des cicadelles et limiter la prolifération si besoin.

L’activité des cicadelles de l’espèce Psammotettix alienus, vectrices de la maladie des pieds chétifs (virus WDV), est à surveiller de la levée jusqu’au tallage des céréales. Les symptômes de pieds chétifs s’observeront généralement qu’à partir de mi-tallage. En cas d’attaques précoces, les dégâts peuvent être importants.

Les conditions actuelles (figure 1) sont favorables aux cicadelles : températures douces supérieures à 12°C avec un temps ensoleillé et sans pluie. Au retour des périodes plus froides et pluvieuses, l’activité des cicadelles cessera.

Figure 1 : Suivi des températures moyennes sur la station météo de Dijon depuis le 1er septembre 2018 en comparaison à l’historique : 1998-2017

Source : MétéoFrance-ARVALIS

Intervenir dès 30 cicadelles capturées chaque semaine

Il n’existe pas de moyen de lutte contre le virus, mais la stratégie consiste à lutter contre la cicadelle vectrice du virus.

Pour suivre l’activité des cicadelles, la mise en place de pièges chromatiques ou de plaques jaunes engluées de format A4 est recommandée (cf. photo). Le piège doit être posé dès le semis et la surveillance peut être arrêtée après 2 semaines consécutives sans capture de cicadelles.


Photo 1 : Plaque engluée jaune du réseau VigieVirose© à Gémeaux le 14 octobre 2018.

Reconnaître la cicadelle Psammotettix alienus1 - sur piège chromatique (source Olivier PILLON, SRAL DRAFF Champagne-Ardenne, 2012)


2 – photographies sur parcelles : en l’absence de piège, une observation directe des cicadelles P. alienus sur la parcelle peut également être pratiquée en période ensoleillée, la plus chaude de la journée, pour déclencher le traitement en suivant. Si une forte activité est observée (observations sur 5 endroits de la parcelle faisant sauter devant soi au moins 5 cicadelles pour chaque endroit), il faut traiter. Cette opération de quelques minutes pourra être renouvelée autant de fois que nécessaire.

Quels traitements ?

Suite au retrait des traitements de semences à base d’imidaclopride, il est préconisé de réaliser un traitement insecticide en végétation si le nombre de captures hebdomadaires atteint le seuil de mise en alerte de 30 cicadelles P.alienus (50 captures hebdomadaires constituent un risque important). Tant que les conditions météorologiques sont douces (température > 12°C) et ensoleillées, il est recommandé de poursuivre les observations.

Les produits actuellement disponibles ont une action de contact et doivent atteindre les insectes : un traitement en l’absence de cicadelles ou quand elles sont difficilement atteignables (temps humide ou venteux) est peu rentable. De même, il convient de privilégier des volumes/ha proches de 200 l/ha. Les différents produits homologués à ce jour sur les céréales à paille comportent une substance active appartenant à la famille des pyréthrinoïdes. La persistance d’action de ces produits est assez limitée, et seules les feuilles développées au moment du traitement sont protégées. Si la végétation pousse vite et que les colonisations se poursuivent, un renouvellement est parfois nécessaire.

Tableau 1 : Principales spécialités disponibles pour la lutte contre les cicadelles

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10