En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Blé au stade tallage et profil du sol avant mesure du stock d’azote en 2019 en Pays de la Loire Messagerie Pays de la Loire

Céréales : pas d’urgence pour les premiers apports d’azote

14 février 2019

Le point sur l’état des céréales et la conduite de la fertilisation azotée.

Des cultures correctement implantées et légèrement en avance

Les cultures de céréales sont actuellement bien développées, avec un bon enracinement, et ne souffrent pas trop d’excès d’eau. Les stades vont de plein tallage à redressement.

Le temps sec de la première quinzaine de janvier a permis le ressuyage des sols et l’arrêt du drainage. De mi-janvier au 10 février, un régime de pluies orageuses a occasionné des cumuls plus ou moins élevés selon les secteurs : plus de 100 mm sur Sarthe et Mayenne, moins arrosé sur la façade ouest de la région (carte 1).

Carte 1 : Cumul de pluies du 15 janvier au 11 février 2019

Sous l’action de ces pluies, l’azote minéral présent dans les sols a migré dans les horizons les plus profonds et une partie a pu être lessivée. Toutefois, en sol profond, les racines ont désormais colonisé les derniers horizons, et sont capables d’absorber l’azote localisé en profondeur (figure 1).

Figure 1 : Représentation de la localisation du stock d’azote minéral dans le sol à 3 dates de l’hiver 2018/2019 – cas d’un sol de limon sur schiste, sous culture de blé, météo de la Jaillière – simulation du modèle CHN ARVALIS

Les losanges sur les courbes matérialisent la profondeur d’enracinement à chaque date.

Quand les cultures seront proches du stade épi 1 cm, il faudra réactualiser le résultat des analyses de terre en fonction des pluies tombées depuis la date de prélèvement de sol, afin de prendre en compte leur effet sur le stock d’azote depuis la date de prise d’échantillon.

Comment réajuster les valeurs du reliquat  ?

L’azote du sol disponible pour les cultures peut être estimé finement par modélisation. A défaut de pouvoir utiliser un modèle, on peut également s’appuyer sur les abaques suivants, établis à partir du modèle Lixim de l’INRA. La valeur de reliquat valorisable (Ri) à retenir pour le calcul de la dose d’azote à apporter sera ajustée en fonction de la lame d’eau drainée depuis la date de prélèvement de terre, du type de sol et de sa profondeur. La réserve en eau du sol étant pleine lors du retour des pluies mi-janvier, on peut assimiler la pluie au drainage.

Figure 2 : Proportion d’azote perdu par lixiviation sous la profondeur de sol, par couche de sol, selon la lame drainante (simulation à partir du modèle Lixim – INRA)

Par exemple, dans une parcelle en limon profond, j’ai prélevé sur 3 horizons le 20 janvier. L’analyse de terre indique 19 kg de N-NO3 dans l’horizon 60-90 cm. Depuis le 20 janvier, la lame drainante est de 100 mm : 82,2 % de l’azote mesuré dans cet horizon ne sera plus accessible aux racines - il ne reste donc que 3 kg N/ha valorisables dans cet horizon.

L’ensemble des abaques est disponible sur le site du Comifer :

- Comment ajuster la valeur du poste Ri en fonction des précipitations après le prélèvement d’échantillon de sol
- Tables d’ajustement du terme L en fonction de la lame drainante


Nos recommandations pour optimiser la fertilisation azotée cette année

Les céréales sont en bon état végétatif dans la plupart des situations, l’enracinement satisfaisant permet de valoriser l’azote localisé en profondeur.

En sol de limon, les quantités présentes dans le sol sont à ce stade amplement suffisantes pour couvrir les besoins.
=> attendre pour apporter l’azote

En sols superficiels (sables, argilo-calcaires), ou derrière un précédent maïs grain, des jaunissements des vieilles feuilles commencent à se manifester.
=> un apport au stade fin tallage (40 kg d’azote/ha maximum) est envisageable quand le sol sera bien ressuyé.

Message rédigé par ARVALIS - Institut du végétal en concertation avec AGRIAL, la CAVAC, la Chambre d’agriculture de la Mayenne, la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, la Coopérative d’Herbauges, les Ets Hautbois, Soufflet Agriculture
Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

1 commentaires 17 février 2019 par MAUBOUSSIN

Attention aux sols qui vont vite desséchés en surface avec la météo actuelle et les engrais seront encore cette année mal valorisés

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10