En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Puceron Sitobion avenae sur une feuille de  céréales en 2019 en Occitanie Messagerie Ouest Occitanie

Céréales : ne pas sous-estimer les ravageurs aériens

24 octobre 2019

Il est recommandé de surveiller de près les pucerons d’automne, étant donné les conditions agroclimatiques de l’été et de début d’automne plus ou moins favorables.

Les températures élevées de l’été ont limité les populations de pucerons, qui supportent généralement moins bien les températures excédant les 30°C. La sécheresse de septembre a restreint les repousses des céréales ainsi que la levée des graminées et a donc abaissé la pression à l’interculture. De plus, peu de couverts de graminées ont pu être implantés.

Toutefois, les récoltes de maïs sont tardives, ce qui risque d’augmenter la concomitance des vols avec les premières levées de céréales. Les premiers semis, associés à des températures clémentes fin octobre, permettront en effet des levées rapides des céréales.

Un semis précoce expose davantage les cultures à la maladie virale : en situation de forte exposition à la jaunisse nanisante de l’orge (JNO), sur orges d’hiver, le recours à des variétés tolérantes à cette maladie est un levier précieux.

Compte tenu de l’absence de traitement de semence contre pucerons et cicadelles, la surveillance des parcelles est indispensable. Cette surveillance peut se faire en deux temps : par le piégeage pour observer les vols éventuels de pucerons puis par l’observation régulière des parcelles pour choisir de déclencher ou non un traitement.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10