En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Apport d’azote sur blé avant un épisode de pluie en 2019 en Pays de la Loire Messagerie Pays de la Loire

Céréales : mettre à profit les pluies prévues pour apporter l’azote

28 février 2019

La décision d’apporter de l’azote va dépendre du stade de développement des parcelles.

La situation

Avec la douceur du mois de février, les céréales sont bien développées et les stades prennent de l’avance. Dans quelques situations particulières (blés durs ou blés tendres précoces), les premiers stades épi 1 cm sont déjà observés. Pour les semis de fin octobre et les variétés plus tardives (type Advisor, LG Absalon, Rubisko), ils devraient survenir autour du 10-15 mars. Le retour de la pluie annoncé pour la semaine prochaine est une bonne opportunité pour positionner les premiers apports d’azote.

Quelles règles de décision adopter ?

• Pour les parcelles en plein tallage, hauteur de l’épi inférieure à 6 mm, si un apport tallage est nécessaire, on apportera 30 à 40 kg N/ha maximum.
NB : Pour, les parcelles de limon profond avec un reliquat d’azote minéral du sol élevé, il n’y a pas d’urgence pour apporter, on peut attendre que l’épi ait vraiment décollé.

• Pour les parcelles précoces qui sont déjà ou arrivent prochainement à épi 1 cm (épi bien décollé, hauteur mesurée du plateau de tallage au sommet de l’épi nettement supérieure à 6 mm – faire la mesure sur un minimum de 10 maîtres-brins pris au hasard), l’apport d’azote à épi 1 cm peut être engagé.
Si la dose à apporter est supérieure à 100 kg N/ha, il est préférable de l’apporter en 2 fois. Un premier apport de 60 % de la quantité prévue peut être apporté dans les prochains jours, le complément sera apporté ensuite d’ici 2 à 3 semaines, en positionnant ce complément en fonction des prévisions météo. Conditions climatiques favorables = pluies de plus de 10 mm prévues dans les 10 jours après l’apport.

• Désherber avant de fertiliser : des parcelles nécessitent un rattrapage de désherbage vis-à-vis des graminées (ray-grass, brome, vulpin…). Il est important de positionner ce passage dès que possible et avant les apports d’azote pour ne pas alimenter les adventices au détriment de la culture.

Attention aux apports sous forme de solution azotée

Rappelons que le délais de mise à disposition de l’azote est le même quelle que soit la forme d’engrais (ammonitrate, urée, solution). Il n’y a pas lieu d’anticiper les apports réalisés sous forme de solution ou d’urée. En revanche, on sera particulièrement attentif aux conditions d’application.

Les conditions actuelles sont très défavorables à l’application de solution azotée (fortes températures, entraînant jusqu’à 30 % de baisse d’efficacité). En cas de fertilisation avec cette forme d’engrais, attendre le plus possible et engager les apports au plus près de la pluie.

Voici quelques propositions de fractionnement en fonction des doses prévisionnelles,des apports déjà effectués et des stades des blés (tableaux 1 et 2).

Tableau 1 : Parcelles les plus précoces (hauteur de l’épi > 6 mm)


Tableau 2 : Parcelles normales à tardives (hauteur de l’épi ≤ 6 mm)

Pour les cultures de triticale et d’orge, hormis le pilotage, les règles de décision de positionnement des premiers apports sont identiques.

Tableau 3 : Valeur de b (rendement), bq (objectif protéine : 11,5 %) et modalités de fractionnement de l’azote à privilégier en blé tendre

Message rédigé par ARVALIS - Institut du végétal en concertation avec AGRIAL, la CAVAC, la Chambre d’agriculture de la Mayenne, la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, la Coopérative d’Herbauges, les Ets Hautbois, Soufflet Agriculture, Terrena.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10