En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Tout commence au semis Messagerie Bretagne

Céréales : la lutte contre les maladies du pied débute dès l’implantation !

17 octobre 2019

La lutte contre le piétin verse et le piétin échaudage, deux maladies du pied bien connues et fréquentes en Bretagne, doit être prise en compte dès l’implantation pour être efficace.

Piétin verse : le choix variétal en premier rempart

Des parcelles ont été fortement touchées lors de la campagne 2018/19. Dans ces parcelles en particulier, il convient de choisir des variétés peu sensibles et d’adapter la conduite culturale. Le piétin verse se conserve sur les résidus de culture et il peut ainsi constituer un inoculum susceptible d’attaquer les plantules des cultures de blé qui suivront.

La tolérance variétale est le premier facteur de risque. Il est donc important de choisir une variété peu ou pas sensible lorsque des dégâts ont été observés dans la parcelle. Dans ces situations, il est impératif d’éviter les variétés sensibles et de choisir des variétés tolérantes qui présentent des notes de sensibilité au piétin verse ≥ 5 (tableau 1). Ces variétés ne justifient pas de traitement fongicide spécifique contre le piétin verse.

Par ailleurs, il convient d’éviter les semis précoces qui permettent à la maladie de s’installer rapidement sur la culture. En augmentant les périodes de contamination, les semis précoces favorisent l’installation de la maladie. Rappelons que les nombreux essais réalisés en Bretagne n’ont pas montré de différence de rendement dans la période du 25 octobre au 10 novembre. Il est donc inutile de se précipiter.

Tableau 1 : Sensibilité des variétés de blé au piétin verse (note GEVES)

Les variétés qui présentent des notes de sensibilités ≥ 5 ne justifient pas de traitement spécifique.


La tolérance variétale constitue la méthode de lutte la plus efficace contre le piétin verse.
Essai touché par le piétin verse Maroué (22) – juillet 2019.

Piétin échaudage : gare aux semis précoces et au chaulage avant implantation !

Le piétin échaudage est une maladie provoquée par un champignon du sol qui détruit les racines des graminées. Elle est régulièrement observée en Bretagne sur blé comme sur orge depuis quelques années. Il est donc indispensable d’utiliser tous les leviers agronomiques disponibles afin de limiter son extension, en particulier dans les parcelles où du piétin échaudage a été déjà observé ou suspecté. Quelques-uns de ces leviers doivent être mis en œuvre à l’implantation.

Retarder la date de semis de 2 à 3 semaines

Ce décalage diminue sensiblement le risque en raccourcissant la période d’infestation du piétin échaudage. Des essais récents réalisés dans l’Ouest ont montré que la date de semis constitue le principal facteur de réduction du risque.

Limiter le chaulage avant l’implantation des céréales à paille

Des résultats récents réalisés en Bretagne ont montré que quel que soit le type d’amendement basique (carbonate broyé et chaux vive) et la dose apportée (1000 ou 2000 kg CaO/ha), les apports se traduisent par une augmentation importante de l’intensité du piétin échaudage. Cet effet est lié à l’activité de la flore antagoniste du piétin échaudage qui diminue lorsque le pH augmente. La mesure régulière du pHeau s’impose donc tout particulièrement dans les parcelles à risque pour éviter de l’aggraver avec un chaulage inutile (au-delà de pHeau 6,5), en particulier avec les produits à action rapide.

Si le pHeau de la parcelle est trop bas (< 5,8), il est préférable d’éviter la culture d’orge, pénalisée par un pHeau trop faible.

Détruire les repousses

Les repousses de céréales dans l’interculture constituent un support de la maladie. Leur destruction est impérative.

Opter pour la protection des semences

Le traitement de semences Latitude XL est le seul produit autorisé permettant de lutter contre le piétin échaudage. Son efficacité est voisine de 50 %, les gains de rendement observés dans les situations contaminées sont proches de 10 q/ha. Son coût est proche de 30 €/q.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

1 commentaires 23 octobre 2019 par TORCHE

Bonsoir je signale qu'un terrain semi-aride doit être semé fin Octobre au plus tard en prenant soin de choisir une semence tolérante au piétin échaudage..En raison des pluies abondantes qui tombent à la première semaine du mois de Novembre ,je risque de plus semer . Au delà de 400 hectares , j'ai pour habitude de commencer les semailles très tôt et terminer parmi les retardataires .,pour préparer les fêtes de Noël. Salut à toute l'équipe de l'institut du végétal.

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10