En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Un puceron adulte et son bébé (sitobion avenae) présents sur une feuille de céréales en décembre 2018 dans le Sud-Ouest Messagerie Ouest Occitanie

Céréales : forte infestation de pucerons cet automne

20 décembre 2018

Les pucerons d’automne sont très actifs dans les céréales depuis plusieurs semaines. Voici quelques préconisations pour optimiser la gestion de ces ravageurs.

Comment faut-il raisonner les interventions ?

C’est la surveillance régulière des parcelles et l’observation de pucerons sur les plantes qui guident la décision d’intervenir.

Peut-on ne traiter que les bords des parcelles ?

La réponse est clairement : non. Les pucerons se déplacent facilement entre parcelles et dans une même parcelle. Si la température moyenne est supérieure à 10°C, les pucerons peuvent coloniser de nouveaux espaces et un traitement de bord de parcelle n’est pas suffisant pour une protection efficace.

A partir de quelle température les pucerons sont-ils tués ?

Les colonies de pucerons sont détruites à partir de -5°C pendant plusieurs jours.

Lorsque les températures sont au-dessus de ce seuil, les pucerons peuvent survivre dans les parcelles. Ils prolifèrent lorsque la température moyenne est supérieure à 5°C, et se remettent à coloniser de nouveaux territoires si les températures augmentent à plus de 10°C.

Jusqu’à quel stade les cultures sont sensibles aux contaminations de la JNO ?

Les cultures sont à observer jusqu’à fin tallage. Ce stade ne sera atteint que fin janvier pour les premiers semis.

Comment observer les parcelles ?

L’observation des pucerons doit se faire par beau temps, dans les heures les plus chaudes de la journée, ce qui permet de voir les pucerons sur le feuillage.

Si l’observation n’est pas possible dans les conditions ci-dessus : prélever une vingtaine de plantes à différents endroits (traverser la parcelle en diagonale) et les enfermer dans un sac de plastique transparent placé près d'une source de chaleur. En cas de présence de pucerons, les insectes seront très rapidement visibles sur les parois du sac.

Un traitement a été réaliser il y a trois semaines, doit-on ré-intervenir ?

La ré-intervention n’est pas en fonction d’une durée mais d’une observation. Le traitement ne se fait qu’en cas de présence avérée des pucerons. Le seuil d’intervention est de 1 colonie pour 10 plantes (10 % de colonisation) ou si les insectes sont présents depuis plus de 10 jours dans une quantité proche du seuil.

Lorsqu’une protection a été réalisée, seules les feuilles présentes au moment du traitement sont protégées.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant