En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Stades des blés en avance Messagerie Poitou-Charentes

Céréales : faut-il revoir les objectifs de rendement en semis tardifs ?

26 mars 2020

Les températures régulièrement douces depuis la fin de l’automne accélèrent le développement des céréales, à tel point que les semis tardifs ont rattrapé une partie importante de leur retard.

Les semis du mois d’octobre sont très en avance, la campagne en cours étant l’une des deux plus précoces depuis 30 ans.

Quant aux semis réalisés fin novembre, ils ont « récupéré » 60 % du retard de cumul de températures par rapport à un semis d’octobre sur une année « normale ». Dans les parcelles semées en bonnes conditions et n’ayant pas souffert de l’excès de précipitation, les cultures ont atteint un état de croissance qui peut laisser espérer une compensation, au moins partielle, des défauts de potentiel habituellement observés en semis tardif.

Pour les semis du mois de novembre en bonne condition, les objectifs de rendement peuvent se rapprocher de ceux habituellement retenus pour les semis d’octobre, notamment en sol profond (en sol superficiel, le risque d’échaudage plus marqué peut encore pénaliser le rendement).

Pour les semis ultérieurs, le raccourcissement du cycle entraîne une réduction de la surface foliaire et une diminution de la durée pendant laquelle la plante peut intercepter de la lumière. Ces deux phénomènes cumulés impliquent une diminution incompressible du potentiel de rendement : même si les conditions sont très favorables, le potentiel de rendement des semis de décembre et, a fortiori des semis ultérieurs, sera restreint. Les objectifs de rendement s’ils sont revus à la hausse doivent donc l’être dans une mesure raisonnable. Notre proposition est de retenir la plus petite des valeurs proposées dans le tableau 1.

Tableau 1 : Ordre de grandeur des baisses d’objectifs de rendement (q/ha) à envisager selon la date de semis de la céréale par rapport à un objectif de semis à date normale

En toute situation, la meilleure solution pour s’adapter au contexte particulier de l’année est d’avoir recours à un outil de pilotage de la fertilisation azotée.

Message rédigé avec l’appui des techniciens de CEA Loulay, Chambres d’Agriculture de Charente, de Charente-Maritime et des Deux-Sèvres, Coop de Mansle, Coop de Matha, Coop Saint Pierre de Juillers, Coop Sèvre et Belle, Ets Piveteau, Ets Isidore, Océalia, Néolis, Soufflet Agriculture, Terre Atlantique, UDCA, VSN.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10