En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Plantes de blé tendre présentant une carence en soufre dans le Centre Messagerie Centre / Ile-de-France / Auvergne

Céréales : évaluer le risque de carence en soufre

07 février 2019

Les pluies de l’automne ont été inférieures aux normales habituelles, limitant la lixiviation du soufre. Dans ce contexte, voici les clés pour raisonner les doses d’apport en soufre afin d’éviter le risque de carence.

Le soufre est un des éléments nutritifs essentiels à la croissance des céréales à paille, qui absorbent entre 50 à 70 kg SO3/ha. La cinétique d’absorption du soufre au cours du cycle de développement du blé est analogue à celle de l’azote, l’essentiel de l’absorption ayant lieu pendant la montaison. La perte de rendement due à une carence peut être de -2 à -10 q/ha dans le cas d’une déficience modérée mais peut aller jusqu’à -20-30 q/ha dans les cas les plus graves, via la baisse du nombre d’épis et parfois leur fertilité.

A partir du stade épi 1 cm, les céréales à paille peuvent exprimer des carences en soufre : foyers ou bandes « jaunes ». Contrairement à une carence en azote, ce sont les jeunes feuilles qui jaunissent.

Afin d’anticiper le risque de carence le plus précoce, la meilleure période d’apport se situe entre fin tallage et tout début montaison. Après ce stade et en cas de carence sévère, le rattrapage ne sera pas complet.


Carence en soufre : les zones atteintes sont réparties en foyers et parfois par bandes correspondant au recoupement de passages pour l'épandage d'azote car les zones surfertilisées en azote extériorisent en premier la carence.

Un risque très lié au type de sol et aux pluies hivernales

La quantité de soufre minéral (essentiellement sous forme sulfate, S042-) présent dans le sol est fonction du bilan entre la lixiviation (baisse) et la minéralisation du stock de soufre présent sous forme organique dans le sol (hausse). Le risque est donc accru dans les sols sensibles au lessivage et à faible minéralisation (argilo-calcaires superficiels, sols sableux et sols limoneux pauvres en matières organiques).

Les retombées atmosphériques de soufre étant plus faibles ces dernières années, à pluviométrie équivalente, le risque devient plus élevé.

La grille de préconisations ARVALIS fait le point des situations à risque en fonction du type de sol et des niveaux de pluviométrie atteints (tableau 1). Cette grille prend désormais en compte le potentiel de rendement.

Tableau 1 : Apport préconisé en soufre sur céréales à paille - ARVALIS 2018

Les précipitations rencontrées dans la région depuis le 1er octobre ont été en dessous des normales, contribuant à limiter la lixiviation du soufre.

Carte 1 : Cumuls de pluie (mm) sur les régions Centre-IDF-Auvergne du 01/10/2018 au 01/03/2019 (Prévisions + Fréquentielles du 31/01 au 01/03) – zonage réalisé en fonction des seuils (250/300/400 mm) de la grille d’évaluation du risque de carence en soufre

Des formes soufrées d’efficacité équivalente

Les engrais contenant la forme sulfate, thiosulfate et le soufre micronisé ont une efficacité équivalente. Elle doit être choisie en fonction du coût et de l’équilibre avec les autres éléments apportés lorsqu’on choisit un engrais binaire ou ternaire. L’idéal est de coupler l’apport de soufre à celui de l’azote car les besoins en ces deux éléments sont étroitement liés.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

2 commentaires 18 février 2019 par BOUTTET

L'apport de soufre est rentable lorsque le risque de carence est avérée. La grille de risque vous permet de l'estimer en fonction de votre type de sol. Afin de limiter les phénomènes de tassement qui peuvent à terme pénaliser la structure du sol, il est essentiel d'attendre que les sols soient ressuyés pour rentrer dans les parcelles. De plus, en cas d'engorgement des sols, les plantes ne sont pas en capacité d'absorber correctement les éléments minéraux. Delphine BOUTTET - ARVALIS

12 février 2019 par AIT ABDERRAHIM

Vos informations sont techniques , agronomiques , mais il manque un élément essentiel aussi le prix de la tonne entre une tonne d'urée et une tonne d'azote soufré , le prix est 50% plus chère Sur des terres lourdes argilo calcaire celà vaut t'il le coup ? Quand les terres sont détrempées et que les engins ne peuvent pas entrer sur les parcelles quelle et la priorité

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10