En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Blé tendre au stade tallage en janvier 2019 en Nord-Aquitaine Messagerie Nord-Aquitaine

Les céréales sont en moyenne au stade plein tallage

14 février 2019

L’état des céréales est actuellement tout à fait satisfaisant dans l’ensemble. Côté interventions, un désherbage est à prévoir dans les parcelles encore infestées, dès que les conditions le permettront.

Les céréales sont actuellement en moyenne au stade plein tallage. Les semis de mi-novembre débutent le tallage ; les températures douces de décembre ayant permis une avancée rapide des stades des céréales implantées. Des débuts de redressement sont parfois observés mais uniquement sur des variétés très précoces à montaison. Le stade « épi 1 cm » n’est donc pas pour tout de suite, surtout si les températures restent froides. Les blés durs et variétés très précoces à montaison seront à surveiller lorsque les températures se radouciront.

Tableau 1 : Prévisions du stade « épi 1 cm » pour plusieurs situations types en fonction de la météo en fréquentiel

Les stades prévus sont proches des normales pour les semis de fin octobre. Les semis de mi-novembre ont une légère avance de 2 à 5 jours.

Pas de problèmes sanitaires pour l’instant

Les parcelles présentent généralement un bon niveau de tallage, contrairement à la campagne passée. Actuellement, nous ne constatons pas de problèmes sanitaires particuliers. Des symptômes de septoriose sont présents sur feuilles basses particulièrement sur variétés sensibles. Il est cependant trop tôt pour faire l’état des lieux des maladies ; le climat à partir de la montaison aura un rôle primordial sur le développement des maladies.

Du côté des ravageurs

Mis à part quelques dégâts ponctuels de zabres et de taupins, le questionnement reste de mise sur le risque JNO (jaunise nanisante de l’orge). L’impact de la forte pression pucerons de cet automne pourra être évalué à la reprise de la végétation. Les agriculteurs n’ont généralement fait qu’un seul traitement mi-novembre à la période où la présence des pucerons était la plus forte. Les vols se sont cependant encore poursuivis dans les secteurs avec les climats les plus doux.

Dans la majorité des parcelles, le premier apport d’azote a déjà été réalisé, bien que cela n’était pas toujours nécessaire : la faible pluviométrie enregistrée jusqu’à fin janvier a permis le maintien des stocks d’azote présents à l’entrée de l’hiver.

Les pluies sont actuellement régulières et ne permettent pas d’envisager des interventions. Bien que les désherbages aient été de mise cet automne avec une efficacité satisfaisante ; des parcelles nécessitent une intervention qui devra être réalisée dès que possible et avant toute autre intervention ; en particulier avant le prochain apport d’azote.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant