En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
céréales : dégâts de nématode Messagerie Méditerranée

Céréales : deux espèces de nématodes, deux stratégies de lutte

04 février 2021

Des dégâts de nématodes ont été relevés dans certaines parcelles de blé de la région. Comment les gérer ?

Dans notre région, deux types de nématodes nuisibles aux céréales sont présents : Heterodera avenae et Pratylenchus spp. Le premier, qui se nourrit de graminées, peut survivre 4 à 5 ans, ce qui rend difficile sa gestion. Le second est en revanche très polyphage (pois, maïs, céréales à pailles, colza, sorgho, tournesol) et ne survit que trois semaines dans le sol s'il ne trouve plus rien à manger.

L’observation des racines donne une indication sur l’espèce présente. Heterodera avenae est à l’origine de racines peu profondes, extrêmement ramifiées, composées de nombreuses radicelles courtes qui partent en tous sens d’un même point. Quant aux racines attaquées par Pratylenchus spp, elles présentent des coudes et virages avec rétrécissement de leur diamètre (photos).


Dégâts typiques d’Heterodera avenae : racines peu profondes, extrêmement ramifiées, composées de nombreuses radicelles qui partent d’un même point.


Dégâts de Pratylenchus spp : portions de racines rouge foncé ou brunes.

Réduire la population d’Heterodera avenae par une successions de plantes de coupure…

Cette espèce est la plus compliquée à gérer sur le long terme. Sa présence est favorisée par le retour fréquent de blé dur, un sol froid durant l’automne/hiver (10°C) et humide, une canicule l’année précédente (favorable aux éclosions), un sol léger, aéré, une préparation soufflée.

En cas de fortes infestations, l’idéal est de ne remettre une céréale qu’au bout de trois ans.

Cultiver des plantes de coupure au moins deux ans de suite (légumineuses,colza, tournesol, sorgho, betterave, pomme de terre) permet de diminuer les populations de 50 à 70 %.

Durant l'interculture, un déchaumage précoce associé à un désherbage permet de les priver de nourriture.

Les attaques sont moins fortes en non labour, soit parce qu’il favorise la dissémination des kystes soit parce que le sol est moins soufflé.

Rouler avant ou après semis limite également les attaques (zones tassées moins atteintes).

Assurer un désherbage efficace dans la rotation pour contrôler les graminées.

Maintenir l’interculture propre pour affamer Pratylenchus spp.

Plusieurs éléments favorisent cette espèce de nématode :
• interculture courte avec repousses ou adventices,
• sols légers, préparation soufflée,
• hiver et printemps secs.

Pour sa gestion, il convient de profiter de l’interculture pour déchaumer rapidement après la moisson et éliminer toutes les repousses et adventices. Le labour ne donne pas de meilleurs résultats qu’un travail superficiel. Préférer les intercultures longues – entre culture d’hiver et culture de printemps.

Quelques règles générales pour la gestion de ces ravageurs

• Nettoyer les outils de travail du sol pour éviter de transmettre les nématodes à d’autres parcelles.

• Limiter le retour de blé sur blé.

• Déchaumer tôt.

• Garder l’interculture et les cultures de la rotation propres.

• Apporter 30 à 40 unités d'azote lorsque les dégâts apparaissent peut aider le blé à redémarrer un peu.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10