En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Une plantule de ray grass et germination grain de blé tendre dans la terre, avant un désherbage d'automne en 2019 en Pays de la Loire Messagerie Pays de la Loire

Désherbez les céréales semées fin octobre / début novembre dès que possible

05 décembre 2019

Si certaines parcelles semées fin octobre / début novembre n’ont pas encore désherbées, il est préconisé d’intervenir dès que les conditions climatiques le permettent, sur des sols ressuyés.

Les pluies régulières et abondantes depuis le 20 septembre perturbent fortement l’implantation et la mise en œuvre du désherbage des céréales. En matière de désherbage, les semis retardés et le recours fréquent au labour vont limiter les infestations de certaines graminées (bromes, vulpie, et dans une moindre mesure vulpins). Toutefois, la conduite à tenir va dépendre de la situation de chaque parcelle.

Pour les parcelles semées fin octobre – début novembre et n’ayant pas encore pu être désherbées

Ces céréales sont actuellement au stade 2 à 3 feuilles. Un désherbage d’automne est recommandé dès qu’une fenêtre d’intervention se présente, ce qui a été le cas cette semaine pour bon nombre de parcelles, dès lors que le ressuyage du sol a été suffisant. Pour les céréales à ce stade et restant à désherber :
• Bien évidemment, le ressuyage et la portance de la parcelle restent la base.
• La priorité va aux parcelles où les graminées posent régulièrement problème sachant que dans ces situations, les rattrapages de sortie hiver risquent d’être insuffisants pour maîtriser la flore.
• Dans les parcelles à flore simple (pâturin annuel et dicotes majoritaires, en faible densité), on peut reporter l’intervention et envisager un simple passage en sortie d’hiver.
• Sur l’orge d’hiver toutefois, vu les faibles possibilités de rattrapage, il reste préférable de réaliser un désherbage de base à l’automne, dès lors que les conditions agro-climatiques le permettent.


Photo 1 : Parcelle semée fin octobre et non encore désherbée
 : dans cette situation derrière colza, on n’observe pour le moment que des levées de dicotylédones (gaillet, géranium, stellaire et crucifères

Attention aux conditions d’application !

• Pour les céréales affectées par l’excès d’eau et qui ont été en souffrance, les situations avec de mauvaises implantations et/ou en mauvais état végétatif, il faut être très prudent en matière de désherbage : elles sont plus exposées à un risque de phytotoxicité des herbicides racinaires d’automne. Ne pas appliquer de produit racinaire si trop de grains sont en surface. D’autre part, au-delà du risque de perte économique, il est prudent de ne pas appliquer d’herbicide rémanent dans une parcelle susceptible d’être retournée ultérieurement.

• Enfin, il faut veiller aux conditions climatiques après traitement :

- reporter si de fortes pluies sont prévues (migration herbicide) : ne pas intervenir si plus de 15 mm prévus dans les 2 jours,
- éviter de traiter si de fortes amplitudes thermiques (> 15°C) ou des températures inférieures à -3°C sont prévues dans les 5-6 jours après applications.

Quels herbicides sont encore possibles ?

Au plan technique, hormis le fait de ne pas intervenir sur des céréales en cours de levée, c’est le stade des mauvaises herbes qui compte. On considèrera en priorité le stade des adventices les plus préoccupantes, à savoir les graminées.

Si les adventices sont très jeunes (cotylédons à 1-2 feuilles maximum pour les dicotes, 1 feuille maximum pour les graminées), il est encore envisageable d’appliquer les produits à base de flufenacet, pendiméthaline, diflufénicanil et prosulfocarbe. Au-delà de ce stade, ces matières actives, efficaces sur graines en germination ou plantules, seront mises en défaut. Il faudra alors changer le programme de désherbage et opter pour des produits plus systémiques (chlortoluron ou anti-graminées foliaires et racinaires apparentés aux sulfonylurées ou foliaires stricts).

NB : au-delà des stades observés, il faut également tenir compte des périodes réglementaires d’utilisation des différents produits – certains n’étant plus réglementairement utilisables au-delà de décembre (Fosburi, Merkur…).

Pour les parcelles semées mi-novembre à décembre

Ces céréales sont actuellement entre levée et 1-2 feuilles. Les sols à ressuyage rapide ont pu être désherbés à la faveur de l’accalmie des premiers jours de décembre. Dans les sols à ressuyage lent, les conditions météo rendent difficilement réalisable une intervention dans les prochaines semaines. Le semis tardif devrait limiter sensiblement le salissement. Il est alors préférable de reporter le désherbage à la sortie de l’hiver, en respectant les conditions d’application requises.

Les repiquages au semis seront très mal contrôlés

Dans bon nombre de parcelles, les conditions de semis difficiles ont limité les possibilités de préparation de sol. On peut parfois observer des repiquages de graminées, pâturins notamment. Ces repiquages ne seront malheureusement pas correctement pris en charge par le désherbage, quelle que soit l’intervention réalisée.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10