En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Gaillet gratteron sur une motte après passage d’un herbicide dans une parcelle de blé en février 2020 en Occitanie Messagerie Ouest Occitanie

Céréales : désherber avant de fertiliser

13 février 2020

Le salissement est important dans les parcelles de céréales. Dès que les conditions le permettent, il est recommandé de désherber avant d’apport de l’azote.

Les conditions de novembre et de début décembre n’ont pas permis de réaliser des désherbages précoces dans de bonnes conditions. Beaucoup de parcelles semées assez tôt ne sont pas désherbées et présentent des salissements importants. D’autres, désherbées à l’automne, ont subi des phytotoxicités marquées en raison des pluies abondantes après traitement. En semis plus tardifs, les infestations sont moins importantes, mais certaines parcelles sont sales, notamment en dicotylédones et en ray-grass. Souvent, ces parcelles ont été semées sans destruction préalable des adventices présentes.

Désherber avant de fertiliser

Quelles que soient les situations, si les parcelles sont sales, les désherbages de rattrapage devront être réalisés dès que les conditions climatiques favorables seront réunies et les sols ressuyés et cela, avant tout apport d’engrais. En effet, un apport d’engrais avant désherbage favoriserait le développement des adventices et rendrait leur contrôle encore plus difficile.

Fertilisation et désherbage sont certes indépendants d’un point de vue technique, mais les deux sont liés agronomiquement : si l’azote est apporté sur une culture non désherbée, celui-ci bénéficie autant aux adventices qu’à la culture. Les espèces comme les ray-grass, bromes et vulpins réagissent positivement à l’azote apporté et sont capables d’absorber 20 à 40 kg N/ha en sortie d'hiver.

Afin de préserver le rendement de la culture et optimiser l’efficacité des herbicides, il est essentiel de désherber avant, ou dans les jours suivants le premier apport d'azote. Les désherbages précoces préservent le rendement de la culture, surtout par levée précoce de la concurrence des adventices mais aussi par l’optimisation de la fertilisation de la culture. Par ailleurs, ceux-ci sont plus efficaces, les adventices étant jeunes et non stimulées par la fertilisation. En tout état de cause, il ne faut pas laisser plus de deux semaines entre les deux opérations, surtout si aucun désherbage n'a été réalisé à l'automne.

Figure 1 : Résultats de 3 essais réalisés à Boigneville (91) en 2009-2010 sur ray-grass

Priorité aux adventices les plus concurrentielles

Les conditions climatiques favorables à l’efficacité et la sélectivité des herbicides de sortie d’hiver sont doubles : pluviométrie faible et températures douces. L’accessibilité des parcelles est le frein numéro un compte tenu de la pluviométrie passée.

Le choix des herbicides doit être dicté par la nuisibilité des espèces présentes.

Tableau 1 : Nuisibilité directe de quelques adventices : nombre de pieds suffisants au m² pour faire chuter le rendement de 5 % des céréales à paille

Source : ARVALIS - Institut du végétal, Wilson, HGCA, ACTA…

Les stratégies foliaires mise en œuvre sont liées aux adventices présentes lors du passage. Les figures 2 et 3 montrent la dynamique de levées des adventices en fonction des sommes de températures cumulées. A ce jour, sauf exceptions (dont la folle-avoine), quasi toutes les adventices sont levées.

Figures 2 et 3 : dynamique de levée de quelques dicotylédones dans les céréales d’hiver (étude réalisée dans le Sud-Ouest) – Pour rappel, du 25 octobre au 30 novembre, sur Auch, nous avions cumulé 400°C et du 25 octobre au 31 décembre, 680°C

Téléchargez les tableaux sur les propositions non exhaustives de désherbage en sortie d’hiver contre les dicotylédones sur blé tendre et sur les doses efficaces des principaux antigraminées sur blé tendre.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10