En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Engrais azoté au sol dans une parcelle de blé, en février 2020, en Poitou-Charentes Messagerie Poitou-Charentes

Céréales : des stades et donc des dates d’apports d'azote très différents

27 février 2020

La douceur constante depuis la fin de l’automne se traduit par une croissance et un développement rapide des cultures, quelles que soient les dates de semis.

La plupart des parcelles ont reçu un premier apport d’azote qui, grâce aux pluies récentes et actuelles, est bien valorisé (tableau 1).

Tableau 1 : Cumul de pluie depuis la date d’apport et valorisation de l’azote (données réelles jusqu’au 23 février 2020 – prévisionnelles jusqu’au 3 mars 2020 – Données Météo France)

Les calendriers prévisionnels d’apport peuvent être établis en tenant compte des dates probables d’apparition de stades, des doses à apporter. Bien que les reliquats sortie hiver soient modestes, les températures douces permettent un bon niveau de minéralisation et complètent efficacement les doses apportées au tallage. Ces conditions donnent de la souplesse pour programmer les prochains apports.

Pour les semis tardifs dont les enracinements sont moins performants, il faut éviter les apports trop importants. Des doses maximales par apport de 50/60 kg N/ha paraissent raisonnables.

Dans toutes les situations, il est préférable de mettre en réserve une petite part de la dose prévisionnelle qui permettra d’ajuster la dose finale aux conditions de montaison. Le recours à un outil de pilotage est très vivement recommandé, y compris pour les semis tardifs dont le potentiel est très incertain.

Le tableau 2 propose différents exemples de fractionnement envisageables selon les dates de semis et les doses prévisionnelles.

Tableau 2 : Propositions de fractionnement en fonction des doses prévisionnelles, des apports déjà effectués et des stades des cultures

L’importance de la pluie

Pour être valorisés, les apports d’engrais azotés nécessitent des quantités de pluies de l’ordre de 15 à 20 mm dans les jours qui suivent leur réalisation. Les apports doivent donc en priorité être déclenchés si un épisode pluvieux significatif est prévu dans les 4-5 jours qui le suivent. Ces règles sont particulièrement importantes en cas d’utilisation de solution ou d’urée simple, formes plus sensibles aux pertes d’efficacité par temps sec.

Pour en savoir plus sur les formes d’engrais, consultez les fiches fertilisants sur les engrais minéraux azotés.

Message rédigé par ARVALIS - Institut du végétal avec l’appui des techniciens de CEA Loulay, Chambres d’Agriculture de Charente, de Charente-Maritime et des Deux-Sèvres, Coop de Mansle, Coop de Matha, Coop Saint Pierre de Juillers, Coop Sèvre et Belle, Ets Piveteau, Ets Isidore, Océalia, Néolis, Soufflet Agriculture, Terre Atlantique, UDCA, VSN.
Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10