En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Larve de taupin au sol dans une parcelle de céréales, observée au printemps 2019 en Bretagne Messagerie Bretagne

Céréales : des attaques impressionnantes de taupins

04 avril 2019

Depuis quelques mois, les céréales connaissent des attaques de taupins, qui prennent de l’ampleur. Une visite au champ permet de confirmer le diagnostic.

Le nombre de parcelles touchées est important, sans lien évident avec le système de cultures ou la rotation, et l’intensité des attaques est parfois conséquente.

Aucune solution curative n’est malheureusement envisageable, mais ces observations doivent nous alerter sur le risque à venir sur les cultures de printemps.

Des taupins de fin de cycle

Dans la grande majorité des parcelles, les taupins observés à la base des plantes sont de grande taille (15 à 20 mm), ce qui correspond le plus souvent à leur taille maximale de développement. A ce stade de développement, ils sont particulièrement voraces, ce qui explique les attaques observées si tardivement sur des plantes en début montaison (photo 1).


Photo 1 : Des larves de fin de cycle particulièrement.

Il est probable que des pontes massives aient eu lieu il y a 3 ou 4 ans, ce qui permet d’observer aujourd’hui des individus de grande taille. Par ailleurs, le temps sec et doux que nous connaissons actuellement est favorable à leurs déplacements.

Pour les espèces à cycle long, majoritaires en Bretagne, le cycle complet de la ponte à l’adulte s’effectue en 5 ans, dont 4 ans sous forme de larve. Les femelles pondent au printemps 150 à 200 œufs préférentiellement sous les couverts végétaux dans la couche superficielle d’un sol meuble et humide. La taille des larves évolue ensuite sur 4 ans de 6 à 20 mm selon le stade larvaire. Leur activité est fortement liée aux fluctuations de température du sol durant l’année, elles migrent en profondeur lorsque les températures sont basses en hiver et lors de conditions chaudes et sèches en été.

Figure 1 : Cycle biologique des taupins (espèces à cycle long)

Confirmer le diagnostic

Les attaques se répartissent généralement par foyers, mais cette année, on observe souvent des symptômes diffus sur l’ensemble de la parcelle.

On observe un jaunissement des extrémités du feuillage, la feuille centrale étant plus atteinte. Parfois, un rougissement du limbe se combine au jaunissement.

Il convient de s’assurer qu’il s’agit d’attaque de taupin en déchaussant délicatement quelques plantes touchées et en recherchant une perforation à la base de la tige. On peut voir la perforation du taupin au-dessus du plateau de tallage ; la gaine de la tige est trouée, lacérée. Les plantes restent chétives et se dessèchent.


Photos 2 et 3 : La base des tiges est trouée ou lacérée.

Aucune solution n’est envisageable en curatif

Il n’existe pas de lutte curative. Les traitements insecticides en végétation sont inefficaces et non homologués pour cet usage.

Seuls deux traitements de semences insecticides sont autorisés pour lutter contre les taupins. Attack et Austral Plus Net à base de téfluthrine et Langis à base de cyperméthrine (Signal pour les traitements à la ferme) peuvent être utilisés dans les situations à risque. Ils présentent une persistance d’action soutenue, qui permet de protéger les plantes contre les attaques des larves jusqu’à la sortie de l’hiver, avec une efficacité moyenne de l’ordre de 45 %.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10