En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
dernier apport d'azote en 2019 en poitou charentes Messagerie Poitou-Charentes

Blés : derniers apports d'azote valorisés ou en cours de valorisation

09 mai 2019

La plupart des blés de la région, dont les stades varient de Dernière Feuille Etalée (DFE) à Epiaison, ont reçu le dernier apport d’azote la semaine dernière ou la précédente.

Le retour de la pluie a permis de régulariser l’assimilation des apports de fin mars – début avril et de valoriser totalement ou partiellement les derniers apports (plus de 20 mm cumulés après apport).

Figure 1 : Pluviométrie entre le 16 et le 30 avril 2019 :
Des pluies suffisantes pour assurer la valorisation du dernier apport d’azote


La sécheresse de début à mi-avril a pu légèrement impacter le potentiel des céréales, notamment en groies superficielles et dans les zones de moindre pluviométrie. Si certaines parcelles ont vu des talles régresser, les pluies sont revenues au bon moment pour préserver l’essentiel des rendements et permettre aux plantes de compenser au niveau de la fertilité.

Figure 2 : Bilan hydrique pour un sol de groie superficielle (86)

Figure 3 : Bilan hydrique pour un sol de groie moyenne (17)


Le stock d’eau du sol utilisable par les plantes est communément appelé réserve utile en eau (RU, en noir). Seule une partie de ce stock, appelée RFU (réserve facilement utilisable, en rouge), est accessible aux cultures sans qu’elles soient en stress hydrique.

Quelles règles de décision adopter ?

En l’absence de problème parasitaire, il n’est pas rare cette année que les conseils de complément dépassent les reports initialement prévus dans la région. Cette observation peut avoir plusieurs causes :

- les diagnostics ont été réalisés dans de bonnes conditions1 et les apports déjà réalisés ont été bien valorisés : le potentiel peut être supérieur au rendement prévu initialement. Les doses préconisées sont cohérentes et doivent être respectées,

- les diagnostics ont été réalisés dans de bonnes conditions1 mais les apports précédents ont été mal valorisés (10 à 15 jours avec pluies faibles après apport) : une carence en azote induite par une pluviométrie insuffisante après l’apport est responsable de ces fortes doses. Les doses préconisées sont cohérentes et doivent être respectées,

- les diagnostics ont été réalisés dans de mauvaises conditions1, avec notamment un passage de l’outil de pilotage trop précoce par rapport au retour des pluies et à la valorisation de l’azote déjà apporté : les doses préconisées peuvent dans ce cas ne pas être représentatives de la réalité.

• Pour les parcelles qui ont déjà reçu le dernier apport d’azote :
les apports sont actuellement valorisés ou en cours de valorisation grâce aux pluies de la semaine dernière et celles annoncées cette semaine.

• Pour les parcelles qui n’ont pas reçu ou qui n’ont reçu qu’une partie du dernier apport :
les conditions de la semaine sont favorables à la réalisation du dernier apport ou de son complément (avec environ 10 mm de pluie annoncés) : déclencher l’apport dès que possible.

En cas de doses préconisées élevées par les outils de pilotage, certains préfèreront fractionner l’apport, n’en apporter qu’une partie voire faire l’impasse. Dans les situations de sécheresse les plus importantes et de soupçons de pertes sérieuses de potentiel, notez que les doses déjà apportées et les valorisations partielles de l’azote sur certains secteurs peuvent ne pas être suffisantes pour assurer des taux de protéines corrects. Rappelons aussi que jusqu’au stade gonflement, la plante valorise l’azote apporté à la fois en quintaux et en protéines.

Valorisation des apports d’azote déjà réalisés 

Figure 4 : Temps nécessaire pour obtenir un cumul de pluie de 15 mm depuis la date d’apport (au 13/04/2019) : Vert : ≤ 12 jours, Orange : > 12 jours et < 20 jours, Rouge : ≥ 20 jours


Pour être valorisés, les apports d’engrais azotés nécessitent des quantités de pluies de l’ordre de 15 à 20 mm dans les jours qui suivent leur réalisation.

Les pluies régulières ont permis de valoriser les apports réalisés de la mi-avril à fin avril dans beaucoup de situations. Pour les apports réalisés entre le 10 mars et le 11 avril, les conditions relativement sèches n’ont permis qu’une valorisation partielle voire nulle de ceux-ci, notamment lorsque les apports ont été réalisés sous formes de solution azotée et/ou d’urée, ces formes étant les formes les plus sensibles. Dans certains secteurs, notamment Nord Poitou-Charentes, plus de 35 jours ont parfois été nécessaires pour cumuler 15 mm de pluie : ceci peut aussi avoir des répercussions sur l’efficacité de la forme ammonitrate.

(1) : Bonnes conditions de réalisation d’un diagnostic : cumul de 20 mm de pluie minimum depuis le dernier apport + 8 jours.

Message rédigé par ARVALIS-Institut du végétal avec l’appui des techniciens de CEA Loulay, Chambres d’Agriculture 16, 17, 79 et 86, Coop de Mansle, Coop de Matha, Coop St-Pierre de Juillers, Coop Sèvre et Belle, Océalia, Soufflet Agriculture, Terre Atlantique, VSN.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10