Irrigation des céréales en cours de montaison en avril 2022 en Occitanie Messagerie Ouest Occitanie

Céréales : déclencher les irrigations en sols superficiels si possible

14 avril 2022

En l’absence de pluies significatives depuis mi-mars dans le Tarn et fin mars dans le Gers et le Lauragais, les réserves en eau s’amenuisent. Et notamment celles des sols superficiels qui sont désormais atteintes, contrairement à celles des sols profonds, encore disponibles. Une irrigation est à prévoir.

La situation actuelle est déjà préoccupante pour les sols superficiels. Les pluies de mars ont été d’environ 50 mm selon les secteurs. Compte-tenu des besoins croissants des cultures, ces apports d’eau sont vite consommés et les sols s’assèchent rapidement.

Un blé en montaison consomme environ 3 mm par jour, soit plus de 20 mm par semaine). Lorsqu’il atteint deux nœuds, il consomme environ 4 mm au quotidien, soit 30 mm en hebdomadaire.

Figure 1 : Réserves hydriques pour un blé semé au 25 octobre 2021 à En Crambade (31), dans un sol de type alluvions argilo-calcaires profond, avec une réserve utile (RU) de 170 mm
réserves hydriques pour un blé semé au 25 octobre 2021 à En Crambade (31), dans un sol de type alluvions argilo-calcaires profond, avec une réserve utile (RU) de 170 mm

source Irré-LIS®

Figure 2 : Réserves hydriques pour un blé semé au 25 octobre 2021 à Montans (81), dans un sol de type boulbènes profondes, avec une RU de 120 mm
Réserves hydriques pour un blé semé au 25 octobre 2021 à Montans (81), dans un sol de type boulbènes profondes, avec une RU de 120 mm

source Irré-LIS®

Figure 3 : Réserves hydriques pour un blé semé au 25 octobre 2021 à Fleurance (32), dans un sol de type boulbènes superficielles, avec une RU de 105 mm
Réserves hydriques pour un blé semé au 25 octobre 2021 à Fleurance (32), dans un sol de type boulbènes superficielles, avec une RU de 105 mm

source Irré-LIS®

Figure 4 : Réserves hydriques pour un blé semé au 25 octobre 2021 à Riscle (32), dans un sol de type limons argileux, avec une RU 100 mm
Réserves hydriques pour un blé semé au 25 octobre 2021 à Riscle (32), dans un sol de type limons argileux, avec une RU 100 mm

source Irré-LIS®

Faut-il irriguer ?

Pour les agriculteurs ayant accès à l’irrigation, il est conseillé d’arroser en situations superficielles dès la fin de semaine. Le troisième apport d’azote est à réaliser juste avant si cela n’a pas été fait.

Si l’année continue dans la sécheresse, il faudra jusqu’à trois irrigations pour obtenir la meilleure rentabilité. Commencer à irriguer puis arrêter lors du remplissage du grain (en mai) est souvent négatif pour la culture.

Si une seule irrigation est envisagée, le positionnement le plus efficace est à 2 nœuds. Les probabilités d’avoir un retour de pluie courant mai sont plus fréquentes.

Les deux autres stades optimaux pour des tours d'eau : dernière feuille pointante (mise en place des composantes fertilité épi et taille de l’enveloppe du grain) et début remplissage (mise en place de la composante de poids de mille grains (PMG)).

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10