En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Stades et maladies des céréales d’hiver Messagerie Bourgogne-Franche–Comté

En direct des parcelles de céréales d’hiver : les dernières observations

02 avril 2020

Dans cette période de confinement, nous avons sollicité les céréaliers membres de la Commission régionale d’ARVALIS pour qu'ils partagent leur tour de plaine sur blé tendre et orge d'hiver. 14 agriculteurs ont répondu à l'appel. Le point sur leurs observations en termes de stades et de maladies au 31 mars 2020.

Blé d’hiver : les symptômes de jaunisse nanisante s’intensifient

Tableau 1 : Stades des parcelles de blé tendre en Bourgogne-Franche-Comté

A titre de comparaison, 58 % des parcelles de blé du BSV régional de la semaine sont à 1 nœud. L’avance observée au stade épi 1 cm s’est réduite compte tenu du retour du froid et du sec depuis une dizaine de jours. Il n’empêche que les blés 2020 ont encore de l’ordre de 10 jours d’avance sur la normale (échelonnement des dates de semis de l’automne 2019 pris en compte).

La jaunisse nanisante de l’orge

La JNO est probablement la maladie qui fait le plus parler d’elle sur les blés… même si on ne peut la constater qu’a postériori. Selon une notation de 1 (faible) à 5 (très fort), la note moyenne du groupe passe de 1.67 à 1.89 d’une semaine sur l’autre. En dehors de ce groupe, l’alerte est fréquemment donnée.

Autant, des parcelles d’orges d’hiver devraient (sont) retournées, autant nous serions moins prompts à le faire pour les blés qui doivent pouvoir compenser lorsque moins de 30 % de la surface de la parcelle sont couverts par des symptômes. Et puis quoi resemer, et puis quel niveau de charges déjà investi ? Nous ne resemerions pas une orge de printemps, c’est trop tard. Donc, on a le temps d’apprécier l’évolution des symptômes en attente d’un hypothétique resemis d’espèce d’été.


Symptômes de JNO sur blé

Le piétin-verse

Selon une notation de 1 (faible) à 5 (très fort), la note moyenne du groupe passe de 1,33 à 1,62 d’une semaine sur l’autre. C’est plutôt plus que ce que les observateurs du BSV ont vu cette semaine, c’est-à-dire quasi rien. Le risque climatique se stabilise certes à un niveau élevé, encore faut-il que l’inoculum soit présent et je n’y crois plus depuis plusieurs années. Donc, sauf cas agronomique particulier (variété très sensible, en semis très précoce, en précédent blé, sur limon battant), on oublie… d’autant plus une fois le stade 1 nœud passé.

 La rouille jaune

Selon une notation de 1 (faible) à 5 (très fort), la note moyenne du groupe passe de 1.33 à 1.14 d’une semaine sur l’autre. Le risque climatique se stabilise certes à un niveau élevé, encore faut-il que l’inoculum soit présent (ou dit autrement faut-il que les variétés cultivées soient sensibles). On ne semble pas être aujourd’hui dans les conditions de développement élevé au champ de la maladie comme en 2014. Dès le premier foyer, traiter avec une triazole type époxyconazole (utilisable pour sa dernière année) ou tébuconazole.

La septoriose

Selon une notation de 1 (faible) à 5 (très fort), la note moyenne du groupe passe de 1.91 à 1.89 d’une semaine sur l’autre. Les observateurs du BSV voient plus facilement de la septoriose cette semaine. Mais peut-être les agriculteurs de ce groupe cultivent-ils des variétés moins sensibles à la maladie qu’en général ? Attendre le stade 2 nœuds pour analyser le risque, par exemple avec l’OAD Septo-LIS, et surtout attendre le retour des pluies !

Orges d’hiver : la rhynchosporiose domine fortement

Tableau 2 : Stades des parcelles d’orge d’hiver en Bourgogne-Franche-Comté

A titre de comparaison, 54 % des parcelles d’orges d’hiver du BSV régional de la semaine sont au stade 1 nœud. Les orges d’hiver ont rattrapé les blés alors qu’elles étaient en retard au stade épi 1 cm. Elles sont plus sensibles à la photopériode, ou dit autrement, il faut que les jours rallongent de manière significative pour que la montaison démarre.

La jaunisse nanisante de l’orge

Les symptômes de JNO sont fortement présents depuis plusieurs semaines sur les orges. Ils sont fréquents et de forte intensité cette année. Selon une notation de 1 (faible) à 5 (très fort), la note moyenne du groupe passe de 1.67 à 1.89 d’une semaine sur l’autre. En dehors de ce groupe, l’alerte est fréquemment donnée et des parcelles ont été retournées. Les conséquences sont plus graves que sur blé car, dès 10 % de surface de la parcelle couverte, les pertes de rendement commencent à être significatives.

La rhynchosporiose

Selon une notation de 1 (faible) à 5 (très fort), la note moyenne du groupe passe de 1,78 à 2,36 d’une semaine sur l’autre. C’est le principal bioagresseur observé dans les orges d’hiver en ce moment et les observateurs du BSV l’ont bien vu également. Etincel est la variété la plus affectée. KWS Faro, Pixel et Visuel le sont un peu moins. Le stade idéal pour intervenir se situe entre épi 1 cm et 1 nœud. Donc, c’est vraiment en ce moment, par exemple avec Unix Max 0,6 + Meltop One 0,2. La morpholine qui entre dans la composition de Meltop One fonctionne très bien par temps froid.


Rhynchosporiose sur orge

L’helminthosporiose teres

Selon une notation de 1 (faible) à 5 (très fort), la note moyenne du groupe passe de 1,56 à 1,70 d’une semaine sur l’autre. A suivre lorsque le retour des pluies sera effectif.

A bientôt pour de nouvelles aventures. Portez-vous bien !

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10