En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Herbicide avant semis Messagerie Midi-Pyrénées / Ouest Audois

Céréales : combiner lutte chimique et mesures agronomiques pour désherber

15 octobre 2015

Une stratégie de désherbage, établie pour chaque parcelle, se base sur les principales espèces d’adventices rencontrées, leur densité, le type de sol, la rotation des cultures, le travail du sol… Retrouvez quelques exemples de programmes herbicides, qui pourront venir en complément des solutions agronomiques.

Une stratégie performante doit s’appuyer sur les solutions agronomiques ou mécaniques complémentaires à la lutte chimique (tableau 1) :
- la réalisation d’un ou plusieurs faux-semis
- le décalage de la date de semis pouvant accroître l’effet faux semis.
- la destruction de toutes les levées avant l’implantation de la culture afin de semer sur un sol indemne de mauvaises herbes (destruction mécanique ou chimique si sol humide, adventices développées)

D’autres leviers, tels que l’allongement des rotations ou l’introduction ponctuelle d’un labour peuvent contribuer à réduire les difficultés de désherbage.

Les programmes combinant un premier traitement d’automne complété par un second en cours d’hiver (à partir de début janvier) s’avèrent nécessaires dans les situations de forte infestation. Dans les situations les plus problématiques avec résistance avérée, un désherbage efficace peut impliquer la réalisation d’un programme d’automne à base d’herbicides racinaires positionnés en prélevée puis en postlevée précoce (1 à 3 feuilles).

Tableau 1 : Efficacité potentielle contre les graminées

Faux-semis : travail du sol superficiel, émietté et rappuyé réalisé en fin d’été début d’automne ; l’efficacité est conditionnée par une humidité du sol après l’intervention suffisante pour assurer la germination des semences.

Semis décalé : un décalage de 10 jours de la date de semis peut permettre une réduction du salissement en ray-grass de 50 % si les conditions sont favorables. Le risque de ce levier, à réserver aux parcelles les plus sales, est de pénaliser la culture si les conditions de semis se dégradent.

Labour : tous les 3 ou 4 ans, en enfouissant les graines en profondeur, défavorable aux graminées.

En complément des leviers agronomiques, la lutte chimique est parfois nécessaire. Les programmes ci-dessous sont destinés aux parcelles ayant de fortes infestations en ray-grass.

Blé tendre





Blé dur


Orges

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10