Parcelle de blé au stade 1 nœud en mars 2022 en Poitou-Charentes Messagerie Poitou-Charentes

Céréales : avec le temps sec actuel, pas d’apport à prévoir dans l’immédiat

24 mars 2022

Aucun apport d’azote n’est à prévoir sur céréales pour le moment : priorité aux désherbages et à la régulation des parcelles à risque, dans l’attente du retour d’un climat plus favorable à la valorisation des apports azotés.

La situation

La plupart des blés dépassent le stade épi 1 cm et atteignent le stade 1 nœud ou en sont proches, sauf quelques situations particulières (blés tendres semés précocement) qui arrivent au stade 2 nœuds dans certains secteurs. De nombreuses parcelles ont déjà reçu deux apports d’azote (tallage et première partie ou totalité de l’apport épi 1 cm fractionné). Ces apports, lorsqu’ils ont été réalisés avant le 11 mars, ont été bien valorisés grâce à un cumul de pluies satisfaisant avec les dernières pluies du 13 mars. Pour quelques secteurs du nord de la Vienne et des Deux-Sèvres (Thouars, Loudun, Poitiers), les conditions plus sèches n’ont pour l’instant permis qu’une valorisation partielle des apports azotés récents.

Les cumuls de pluie depuis l’implantation des céréales sont très faibles, inférieurs au premier quintile. Ceux enregistrés depuis le début de l’année sont très variables (entre 60 et 150 mm) et largement déficitaires (-80 mm) par rapport à la médiane, même si les épisodes de pluie de mi-février et début mars - qui ont coïncidé avec des stades-clés des céréales - ont permis une bonne valorisation des apports azotés.

Depuis le 14 mars, aucun épisode pluvieux n’est survenu et aucun n’est prévu dans les prochains jours. Il est donc préférable de suspendre tout apport azoté, quelles que soient les situations, en attendant un nouvel épisode pluvieux significatif afin de viser la meilleure efficacité de l’engrais. D’autres interventions peuvent être priorisées actuellement en profitant des températures douces et ensoleillées : solder les désherbages de sortie d’hiver n’ayant pas été réalisés en raison de conditions parfois difficiles (vent par exemple), régulation des parcelles les plus à risque, au regard des biomasses souvent plus élevées cette année.

Quelles règles de décision adopter ?

• Pour les parcelles n’ayant pas reçu la totalité de l’apport épi 1 cm : le solde doit être engagé dès que des pluies seront annoncées (viser au moins 10 mm pour une valorisation significative de l’azote). Il n’y a pas d’urgence car les apports azotés de début mars ont été bien valorisés et les céréales peuvent supporter une carence modérée en début de montaison. Il faudra toutefois être attentif si un outil de pilotage est utilisé pour le dernier apport : l’apport avant pilotage devra être valorisé. Cela se traduit concrètement, pour le N-tester par exemple, par 20 mm de pluie dans les 8 jours suivant le dernier apport.

• Pour les parcelles qui ont reçu la totalité de l’apport épi 1 cm : comme les apports ont été en tendance réalisés dans de bonnes conditions, les plantes sont dans un état très satisfaisant et très bien alimentées. Pas d’apport donc à envisager. Le dernier apport pourra être déclenché à partir de la fin montaison/sortie de la dernière feuille. Utiliser un outil de pilotage pour ajuster la dose.

Un prochain article précisera les modalités du dernier apport et son intérêt tant au niveau rendement que qualité.

Message rédigé par ARVALIS - Institut du végétal avec l’appui des techniciens des Chambres d’Agriculture de la Charente, Charente-Maritime et de la Vienne, Coop de Mansle, Coop de Matha, Coop Sèvre et Belle, Isidore, NACA, Océalia, Piveteau, CEA Loulay, Soufflet..
Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

1 commentaires 25 mars 2022 par JAUNAS

malgré le prix il ne faut pas baisser la garde en matiére de fertilisation,c'est du gagnant-gagnant.gégé.

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10