En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Granules d’azote sur le sol dans une parcelle de céréales en 2020 en Normandie Messagerie Normandie

Céréales : attendre le retour des pluies pour les apports d’azote

16 avril 2020

Depuis le 15 mars, les rares épisodes pluvieux survenus sont le plus souvent insuffisants pour valoriser en tout ou partie les apports d’azote réalisés. Quelle conduite adopter pour la suite de la campagne ?

Après les pluies surabondantes de l’automne et l’hiver, une période très sèche s’est installée depuis mi-mars.

Figure 1 : Relevés météo pour la station de Bernay (27) du 4 mars au 6 avril 2020

Les précipitations ont été moins fréquentes et moins abondantes dans l’Eure et dans l’Orne en particulier.

Figure 2  : Relevés météo pour la station de Rots (14) du 14 mars au 6 avril 2020

Sur les secteurs les plus arrosés, tels que le Calvados, la Seine-Maritime et la Manche, même si les précipitations ont été plus fréquentes, elles ne sont pas suffisantes dans la plupart des cas.

Bien évaluer la valorisation du précédent apport : au cas par cas

le tableau 1 permet d'évaluer les valorisations effectives des apports réalisés entre le 20 février et le 5 avril 2020 pour différentes stations météo normandes.

Pour l’ensemble de la région, les apports d’azote réalisés entre le 20 février et le 5 mars ont été correctement valorisés grâce à des cumuls de précipitations suffisants. En revanche, au-delà du 5 mars, les situations sont plus contrastées et dépendent de la localisation des parcelles. Après le 20 mars, les apports d’azote ont été quasi majoritairement non valorisés.

Tableau 1 : Cumuls de pluie dans les 15 jours suivant un apport d’azote

Pour la suite de la campagne

Pas d’apport avant le retour des pluies

Dans ces conditions, il est préférable de suspendre tout apport, quelles que soient les situations, en attente d’un nouvel épisode pluvieux significatif. Dès qu’une pluie suffisante sera annoncée (au moins une dizaine de millimètres), un apport pourra être envisagé. Toutefois, en cas d’utilisation d’urée simple ou de solution azotée, si l’épisode est peu important et/ou très incertain, il sera prudent de réduire la dose apportée pour ne pas dépasser 50-60 kg N/ha.

Piloter le dernier apport

Le recours au pilotage permettra de prendre en compte l’azote réellement utilisé par la plante et d’ajuster le dernier apport au plus proche de ses besoins. Il permettra ainsi de prendre en compte :
- la baisse du potentiel de rendement due aux conditions d’implantations difficiles,
- les problèmes de valorisation dus aux conditions sèches du printemps,
- les pertes par volatilisation, notamment dans les cas des apports réalisés avec de la solution azotée en conditions sèches.

En pratique, deux cas de figures se distinguent :
- si le dernier apport d’azote est bien valorisé, le pilotage du troisième apport est possible dès le stade 2 nœuds ;
- si le dernier apport d’azote est mal ou pas valorisé, mieux vaut attendre pour piloter le troisième apport car la mauvaise valorisation du précédent apport fausse le diagnostic (azote mal absorbé par la plante). Dans ces situations, le pilotage devra être fait après le retour des pluies afin d’éviter les situations de sous-fertilisation. Le recours au pilotage permettra de prendre en compte l’azote réellement utilisé par la plante.

La dose totale pourra être revue à la hausse ou à la baisse en fonction des résultats du pilotage. Pour rappel, le pilotage du dernier apport est le seul moyen de justifier une augmentation de la dose totale d’azote prévisionnelle.

Covid-19 : les équipes d’ARVALIS restent mobilisées et connectées
L’épidémie ne nous fait pas oublier que la campagne agricole se poursuit avec ses aléas, en particulier cette année où les conditions de cultures sont très compliquées. En ces temps de confinement et de difficultés d’accéder facilement aux parcelles, lors de vos tours de plaine et observations, n’hésitez pas à nous faire remonter tous les problèmes observés en culture et/ou questions de conjoncture via nos mails. Nous prendrons le temps d’y répondre et/ou en mutualisant les retours avec un message dédié toujours dans le souci d’accompagner au mieux les producteurs.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10