En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Chantier de semis d’orge d’hiver en Bretagne Messagerie Bretagne

Céréales : semer à la bonne date pour ne pas se créer de difficultés

08 octobre 2020

Par crainte de rencontrer des conditions défavorables aux implantations de céréales comme à l’automne 2019, certains producteurs envisagent d’avancer la date de semis, afin d’« être sûrs de rentrer dans les parcelles ». Mais attention, anticiper les semis peut générer des difficultés importantes dans la gestion des adventices, des pucerons d’automne et de certaines maladies comme le piétin échaudage.

La pression de graminées augmente fortement en Bretagne. De nombreuses situations de ray-grass résistants sont observées, en particulier en cas de semis précoces.

La période de semis idéale pour l’implantation d’une céréale se situe sur une large plage d’environ trois semaines entre le 20-25 octobre et le 10 novembre. Anticiper cette période ne peut conduire qu’à des déboires !

Rappel sur la période optimale pour semer ses céréales dans la région

En Bretagne, et en l’absence de problèmes parasitaires, de récents essais ont confirmé que la date de semis optimale se situe dans la période du 20 octobre au 10 novembre (figure 1).

Un bon compromis consiste donc à semer à partir du 25 octobre.

Si les conditions de semis s’annoncent favorables, il est préférable de ne pas se précipiter et d’attendre début novembre pour semer, en particulier dans les situations à risque suivantes :
- Piétin échaudage régulièrement observé dans la parcelle.
- Piétin verse déjà observé dans la parcelle ou variété sensible (note 1 ou 2).
- Présence de graminées (ray-grass, vulpins…).
- Variété très précoce à épi 1 cm pour éviter le risque de gel d’épi au stade début montaison (rare en Bretagne).

Figure 1 : Incidence de la date de semis en Bretagne – 10 essais – 2010 à 2014

Semer à la bonne date pour limiter la pression des graminées

Certaines adventices germent préférentiellement à l’automne, et notamment en octobre (vulpin, brome, ray-grass par exemple). Semer fin octobre, voire décaler la date de semis du blé tendre à une période moins favorable à la levée des adventices (1ère décade de novembre par exemple), permet de réduire la pression des adventices.

Le décalage de la date de semis est très adapté aux adventices automnales et plus particulièrement aux graminées (brome, vulpin, ray-grass). Ce levier sera très peu efficace sur les espèces à germination automnale tardive (véronique à feuilles de lierre par exemple) ou à germination indifférenciée (matricaire, pâturin annuel…).

Ces pratiques sont efficaces et sont donc à mettre en œuvre sur les parcelles très infestées (échec de désherbage et/ou problèmes de résistance) afin d’appliquer les solutions herbicides dans les meilleures conditions, c’est-à-dire sur des populations réduites.

Figure 2 : Incidence de la date de semis sur les levées de vulpins - ARVALIS – L’Epine (51) 2018

Semer à la bonne date pour réduire le risque JNO

L’interdiction de produits à base d’imidaclopride (Gaucho, …) depuis l’automne 2018, conduit à modifier les pratiques pour limiter les risques. En l’absence de tout autre mode de protection équivalent, le levier date de semis constitue un moyen efficace de limiter le risque.

En effet, l’activité de vol des pucerons vecteurs du virus de la Jaunisse Nanisante de l’Orge (JNO) est élevée par temps chaud et ensoleillé : retarder la date de semis réduit les occasions de colonisation des parcelles.

Si le risque est présent, un traitement insecticide foliaire peut s’avérer nécessaire. Il apportera une protection maximale de deux semaines.

Réduire la période de sensibilité des cultures en semant au-delà du 25 octobre (photo 1) constitue déjà un des facteurs de limitation des risques. Il est même souhaitable de retarder les semis si les conditions climatiques restent favorables aux semis.


Photo 1 : Parcelles d’essais orge d’hiver – comparatifs de deux dates de semis – ARVALIS CA IDF (91)

Semer à la bonne date pour diminuer la pression du piétin échaudage

Le piétin échaudage est un champignon du sol qui contamine les racines séminales des plantes hôtes à l’automne et envahit le système vasculaire. Cette colonisation du système vasculaire va entraîner un déficit d’alimentation de la plante et engendrer, au printemps, la formation d’épis vides et blancs, symptômes caractéristiques de cette maladie.

Les semis précoces (avant le 25 octobre) augmentent la durée de contamination à une période où les températures douces favorisent le développement du champignon.

Dans toutes les situations où du piétin échaudage a été observé, il est donc déconseillé de semer avant le 25 octobre, il est même préférable de retarder les semis si possible (figure 3).

Figure 3 : Incidence de la date de semis sur le développement du piétin échaudage - Essai ARVALIS – CECAB Rosporden 2012

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10