En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Parcelle d’orge d’hiver exempte de maladie au 20 avril 2021 : variété Mémento semée le 16 novembre 2020 à Bignan (56 - Bretagne) Messagerie Bretagne

Céréales à paille : impasse du T1 possible face à la faible pression maladies

22 avril 2021

Alors que les céréales sont en moyenne au stade deux nœuds, les maladies foliaires restent discrètes suite aux conditions sèches en leur défaveur depuis mi-mars. Sur variétés sensibles cependant, de la rouille jaune est ponctuellement observée sur blé tendre, comme de la rouille naine sur orge. En dehors de ces quelques parcelles touchées, le premier traitement peut être différé à dernière feuille étalée pour le blé, et à la sortie des barbes pour les orges.

Sur blé comme sur orge, l’impasse du T1 à nouveau possible cette année

Le temps sec observé depuis mi-mars - conjugué à l’implantation de variétés de blé tendre de plus en plus tolérantes aux maladies, en particulier vis-à-vis de la septoriose - limite fortement le développement des maladies foliaires, que ce soit sur blé ou sur orge.

Dans ce contexte, un traitement entre les stades 2 nœuds et dernière feuille pointante (t1) n'est pas rentable pour toutes variétés résistantes à la septoriose (note ≥ 6,5 par exemple Chevignon, Lg Absalon, Rgt Cesario, KWS Extase…), et à la rouille jaune (note > 6) – ou en l’absence de cette dernière.

Ainsi, à l’aide des observations terrain, du bulletin de santé du végétal (BSV) ou des outils d’aide à la décision comme Septo-LIS®, voici les recommandations.

Figure 1 : Règles de décision pour lutter contre la septoriose et la rouille jaune sur blé tendre

Source : ARVALIS - Institut du végétal

Zoom sur les situations avec de la rouille jaune entre les stades 2 nœuds et dernière feuille pointante

Quelques observations ponctuelles de rouille jaune sont observées, surtout en littoral nord, sur Advisor, LG Absalon, Mutic, Campesino, et particulièrement Fluor. Les symptômes sont diffus et homogènes, on n’observe pas de foyers.

Rappel des seuils de nuisibilité

Voici les seuils d’interventions pour lutter contre la rouille jaune en fonction de la tolérance variétale :

• Pour les variétés sensibles (note ≤ 6)
- au stade épi 1 cm : traiter uniquement en présence de foyers actifs de rouille jaune (pustules pulvérulentes) ;
- au stade 1 nœud : traiter dès la présence des premières pustules dans la parcelle.

• Pour les variétés résistantes (note > 6)
- avant le stade 2 nœuds : ne pas intervenir ;
- après le stade 2 nœuds : intervenir dès l’apparition de la maladie.


Pustules de rouille jaune alignées

Quel produit choisir en cas de traitement nécessaire ?

En cas de protection nécessaire, une intervention de l’ordre de 15 à 20 €/ha est suffisante. Choisir des produits à base de triazoles efficaces : cyproconazole (Yeti 0,75 l/ha, metconazole (Juventus 0,75…), tébuconazole (Balmora 0,5 à 0,75…) ou une strobilurine (Amistar 0,5..).

Respecter l'alternance des matières actives et les cadences de traitement.

Quid des orges ?

Comme pour le blé, les essais menés par ARVALIS sur orge démontrent que la rentabilité d’un T1 n’est généralement pas assurée sur variétés tolérantes (type Augusta, KWS Cassia, Memento…) ou moyennement sensibles (type Amandine, KWS Jaguar).

A ce jour, hormis la présence de rouille naine sur variétés sensibles comme Maltesse, les autres maladies sont rares, voire absentes. Ainsi, dans la majorité des situations, il est possible de recourir à une application unique en l’absence de maladies au stade 1-2 nœuds des orges, à positionner dans ce cas de préférence au stade dernière feuille étalée plutôt qu’à sortie des barbes pour une meilleure performance technique.

En cas de présence de rouille naine

La période de contrôle de la rouille naine s’étale du stade 1 nœud au stade gaine éclatée. Pour évaluer le risque, on observera les trois dernières feuilles déployées du moment sur 20 tiges dans la parcelle, soit 60 feuilles au total. Les seuils d’intervention sont fonction de la sensibilité variétale :
• Pour une variété sensible : intervenir dès que plus de 10 % des feuilles sont atteintes (6 feuilles sur 60 porteuses de pustules) ;
• Pour une variété moyennement ou peu sensible : n’intervenir que lorsque plus de 50 % des feuilles sont atteintes (plus de 30 feuilles porteuses de pustules).

En présence importante de rouille naine, il est recommandé d’adapter le traitement en ajoutant un triazole (metconazole, tébuconazole, prothioconazole ou cyproconazole* – attention, ce dernier est non mélangeable).

* : attention à veiller à l’alternance des matières actives

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

1 commentaires 24 avril 2021 par NUYTTEN

qUID DES REGULATEURS DE CROISSANCE,

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10