En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Une larve orange de cécidomyie entre les glumes dans un épillet de blé tendre début mai 2020 en Poitou-Charentes Messagerie Poitou-Charentes

Cécidomyies sur blé : surveiller en priorité les parcelles historiquement touchées

07 mai 2020

Le temps orageux favorise les pontes de cécidomyies orange. Si les blés les plus précoces ayant épié vers le 25 avril ont été jusque là peu exposés à ce risque, il est nécessaire de rester vigilant pour les situations où les épiaisons sont plus tardives (semis postérieur à fin novembre). La pose de cuvettes jaunes dans les parcelles de blé tendre et de blé dur à partir du stade épiaison reste un moyen efficace pour suivre les vols et décider d’une éventuelle intervention insecticide.

Des dégâts liés aux larves

De l’épiaison jusqu’à la floraison, les blés sont sensibles aux attaques de cécidomyies, période pendant laquelle les femelles peuvent pondre leurs œufs dans les glumes des épis. Cette activité de ponte est dépendante de certaines conditions climatiques qui leur sont favorables : temps orageux, températures supérieures à 15°C en soirée et absence de vent (ou faible vent). Les dégâts, à la fois quantitatifs et qualitatifs, sont provoqués par les larves qui consomment les grains de blé en formation dès leur éclosion. Les attaques précoces provoquent même parfois un avortement des fleurs. En blé tendre comme en blé dur, la nuisibilité de ce ravageur est estimée à environ 1 q/ha pour une moyenne d’une larve par épi.

Quelle attitude adopter ?

• Le risque cécidomyies étant en grande partie lié à la parcelle, les secteurs régulièrement touchés les années précédentes sont à surveiller en priorité. Dans ces situations, prioriser l’installation et l’observation des pièges : « cuvettes jaunes de type colza » à poser dès épiaison, le bord supérieur de la cuvette positionné au niveau de la base des épis.

• Observer ces cuvettes jaunes et relever tous les 2 jours jusqu’à l’apparition des cécidomyies. Ce piégeage permettra de s’orienter ou pas vers une intervention.

• Si un traitement est nécessaire (selon le taux de captures), bien se rappeler que la lutte vise les adultes (femelles) en position de ponte : le réaliser seulement lorsque les cécidomyies sont en plein vol (conditions favorables : au crépuscule et par temps calme). En effet, aucun produit insecticide n'a d'effet ovicide.

• La résistance variétale est un levier extrêmement efficace. Certaines variétés de blé tendre sont résistantes aux cécidomyies orange. Cette résistance n’empêche pas les cécidomyies adultes de voler et de pondre dans les épis, mais les larves qu’elles produiront ne pourront pas se développer et n’engendreront donc pas de dégâts. Le recours à ces variétés permet de se passer de traitement, y compris en situation à risque.

Rappel des seuils de piégeage à partir des cuvettes jaunes pour les variétés sensibles de blé tendre et le blé dur :

- Faire un relevé tous les deux jours, matin ou soir, jusqu’à l’apparition des cécidomyies.
- Faire un relevé journalier dès l’apparition des premières captures, matin ou soir.
- Si dix cécidomyies orange sont capturées en moyenne par cuvette et par 24 h, observer le soir même la présence de cécidomyies en position de pontes sur les épis.
- Si c’est le cas, déclencher le traitement le soir même.


Pour en savoir plus, consultez le guide régional Choisir et décider - Interventions de printemps 2020
 :
-
blé tendre (page 41)
-
blé dur (page 22).

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10