En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Risque piétin verse sur blé tendre Messagerie Lorraine

Blé tendre : top départ pour la surveillance du piétin-verse

18 mars 2021

L’arrivée du stade épi 1 cm sur les parcelles de blé tendre donne le signal pour démarrer l’observation des premières maladies, et notamment le piétin-verse. Quel risque en 2021 ?

Cette maladie est favorisée par les rotations blé sur blé très présentes cette année en Lorraine. Il est indispensable de bien déterminer le risque parcellaire et la pression avant de prendre une décision.

Une grille de risque pour prioriser les observations

L’observation de la maladie au champ peut être chronophage, cette grille permet de cibler les parcelles à observer en priorité en prenant en compte les facteurs agropédoclimatiques influençant la pression de la maladie sur la parcelle.

Figure 1 : Grille de risque piétin-verse

Le choix variétal reste un levier majeur dans la gestion du piétin-verse. Les variétés avec une note CTPS supérieures ou égales à 5 ne nécessitent aucune intervention. Pour les autres, une parcelle avec un précédent blé favorise le développement de l’inoculum, tandis qu’un labour peut remonter des résidus de culture en surface, support de développement de l’inoculum. Certains types de sol peuvent également favoriser la maladie.

Figure 2 : Exemple de la note CTPS de quelques variétés de blé tendre d’hiver

Comment interpréter la note finale de la grille de risque ?

- Risque faible : une note inférieure ou égale à 5 ne nécessite pas d’observer spécifiquement le piétin-verse. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas observer les autres maladies de début de montaison.

- Risque moyen : une note entre 6 et 8 implique une observation au champ pour déterminer l'intérêt d'un traitement. Celui-ci est justifié si plus de 35 % des tiges sont touchées.

- Risque fort : les notes 9 et 10 indiquent un risque fort, mais ces situations sont extrêmement rares en Lorraine.

Dans le réseau BSV Lorraine depuis 2010, sur les 289 parcelles ayant les données renseignées (précédent, travail du sol, type de sol, variété + modèle TOP), aucune n’atteint des notes de 9 ou 10, 23 % des parcelles ont une note entre 6 et 8, et 77 % un risque faible.

Des symptômes relativement typiques

Si l’observation au champ est nécessaire (note finale de risque >=6), prélever plusieurs tiges (environ 40-50 tiges) sur l’ensemble de la parcelle en 10 points de prélèvement sur la diagonale.

Déterminer ensuite le pourcentage de tiges atteintes en observant la gaine en bas de tige. Les symptômes du piétin-verse en début de montaison se matérialisent par une tache ocellée (elliptique) bordée par un liseré brun diffus. Cette tache traverse les gaines. La présence de stromas (points noirs), qui ne s’enlèvent pas au passage d’un doigt humide, confirme le diagnostic.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Attention à ne pas confondre avec d’autres maladies visibles en début de montaison, comme le rhizoctone. Mais ce dernier ne présente pas de stromas (points noirs) sur la tache en bas de tige.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Le climat 2021 : un facteur de risque supplémentaire ?

La grille de risque prend en compte un effet climatique sur le niveau de développement de l’inoculum au stade épi 1 cm. Il est plus ou moins important selon les pluies, température… entre la levée et épi 1 cm.

La figure 3 indique le risque climatique piétin-verse calculé avec le modèle Top. Pour les semis de fin septembre (graphique de gauche) sur le secteur de Saint-Hilaire (55), l’indice de risque de 2021 (courbe verte) est supérieur à la médiane pluriannuelle (courbe pointillée jaune), et équivalent à celle de l’année dernière (courbe bleue). Il est de 38 au 14 mars, soit un risque climatique moyen.

Pour les semis de fin octobre (graphique de droite), l’indice de risque est faible au 14 mars, proche de la médiane pluriannuelle et bien inférieur à l’année dernière.

Figure 3 : Evolution de l’indice de risque climatique piétin-verse entre la levée et épi 1 cm pour une date de semis précoce (gauche) et tardive (droite) – Modèle Top

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cette année, pour bon nombre de situations en Lorraine, Le risque climatique est moyen (note 1 dans la grille pour effet climatique).

Tableau 1 : Indice de risque piétin-verse au stade épi 1 cm des blés tendres d’hiver pour différentes dates de semis et stations météo de Lorraine

Simulation de l’indice top (effet climat) pour différents cas types en Lorraine (case rouge : risque élevée_2 ; case orange : risque moyen_1 ; case verte : risque faible_-1

Et si un traitement s’avère nécessaire ?

Une intervention vis-à-vis du piétin-verse est rentable uniquement lorsque la pression est élevée. Si plus de 35 % des tiges sont atteintes par la maladie, un traitement est nécessaire entre épi 1 cm et 2 nœuds. Au-delà, la couverture végétale ne permet pas au produit d’atteindre les tiges.

Sur cette cible, les matières actives à privilégier sont le cyprodinil et la métrafénone (pas d’efficacité sur septoriose). A noter que le prochloraze ne présente plus d’efficacité sur le piétin-verse.

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10