En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Parcelle de blé tendre en début de montaison Messagerie Hauts-de-France

Blé tendre : quels risques maladies en sortie d'hiver ?

08 avril 2021

Les conditions climatiques des prochaines semaines seront déterminantes pour le développement de la plupart des maladies du blé : septoriose, rouille jaune, rouille brune. Toutefois, il est possible de donner déjà une tendance sur le « risque a priori » sur certaines maladies en fonction des éléments climatiques de l’automne-hiver.

Des stades prévus proches des références pluriannuelles

En ce début avril, la plupart des blés atteignent le stade épi 1 cm. Les parcelles se portent bien. Les conditions plutôt fraîches et humides du mois de mars ont ralenti leur développement. D’après le modèle physiologique d’ARVALIS, le stade 2 nœuds devrait être atteint courant de la 2ème quinzaine d’avril, et le stade dernière feuille pointante fin avril/début mai (tableau 1). L’année 2021 est donc proche des références pluriannuelles, avec toutefois une certaine variabilité selon le secteur, la variété ou encore la date de semis. Les conditions climatiques de ces prochains jours pourront faire évoluer ces prévisions

Tableau 1 : Prévisions des stades du blé tendre au 31 mars 2021

Rouille jaune : un risque climatique assez limité pour l’instant

Le premier critère du risque rouille jaune reste la sensibilité variétale. Une grande majorité des variétés cultivées dans la région sont peu sensibles (note de 7 et plus : Chevignon, Fructidor, KWS Extase, Rubisko…), et l’analyse de risque peut attendre le stade 2 nœuds.

Pour les variétés sensibles (note < ou égale à 6), l’analyse de risque débute à partir du stade épi 1 cm. Précisons que les cotations ont été remises à jour cet hiver (tableau 2). La cotation de certaines variétés a été réajustée de +/- 1 point, sans que cela change fortement sa classifcation.

• -1 point pour Amboise, RGT Sacramento, LG Absalon, RGT Libravo…
• +1 point pour RGT Lexio, Complice, KWS Ultime, RGT Perkussio…

Seul Campesino a perdu 2 points, passant d’une note de 7 à 5 suite à l’observation de symptômes fréquents l’année dernière.

Tableau 2 : Classement des variétés de blé tendre selon leur sensibilité à la rouille jaune (cotations CTPS / ARVALIS, janvier 2021)

Le modèle YELLO, utilisé dans les BSV, estime un niveau de risque climatique relatif à la rouille jaune en fonction de la date de semis et de plusieurs variables climatiques pour indiquer des dates de visites sur les parcelles mais sans tenir compte de la sensibilité variétale.

Cette année, le modèle prévoit un risque bien plus faible que l’année de référence haute 2014 et 2020 (figure 1). Les périodes de gel en février ont abaissé le risque et les conditions toujours assez fraîches en mars ne l’ont pas fait fortement progresser.

Pour les utilisateurs d’outils d’aide à la décision à la parcelle (Previ-Lis, Optiprotect, Xarvio, Taméo…), le modèle CrustYello est utilisé pour estimer le niveau de risque rouille jaune à la parcelle. Il intègre le modèle Yello qui combine plusieurs variables climatiques, mais aussi d’autres variables telles que la sensibilité variétale, le potentiel de repousse… ce qui permet de donner un risque affiné à la parcelle.

Figure 1 : Potentiel climatique de développement de la rouille jaune prévu par le modèle Yello au stade épi 1 cm des blés : 2021 vs 2020 et 2014

Il faudra rester vigilant et ne pas hésitez à aller observer les parcelles dès que les conditions climatiques redeviendront plus favorables avec la remontée des températures sur les situations les plus à risque (bordure maritime, semis précoces et variétés sensibles).

Septoriose : attendre le stade 2 nœuds pour évaluer le risque

L’inoculum de septoriose estimé au stade épi 1 cm est plutôt faible cette année, mais il est rarement limitant dans notre région. Il est légèrement moins important que 2020, mais un peu plus élevé qu’en 2019 (figure 2). L’inoculum dépend notamment des contaminations hivernales qui ont eu lieu suite aux précipitations importantes de décembre et janvier.

Cependant, ce sont les conditions climatiques à partir du stade 2 nœuds qui seront déterminantes dans le développement de la maladie et la nuisibilité finale.

Pour l’instant, les conditions de début montaison sèches et assez fraîches ne sont pas favorables à un développement précoce de la maladie. A ce jour, les modèles n’indiquent pas de déclenchement précoce (2 nœuds) même pour les variétés très sensibles (note < 5,5). Ils le prévoient pour l’instant au plus tôt autour de la dernière feuille pointante pour les variétés sensibles, et dernière feuille étalée pour les variétés peu sensibles.

Ce risque sera à réevaluer dans les prochaines semaines, en fonction du retour potentiel des pluies.

Figure 2 : Inoculum de septoriose prévu par le modèle Septo-LIS au stade épi 1 cm : 2021 vs 2019 et 2020

Tableau 3 : Classement des variétés de blé tendre selon leur sensibilité à la septoriose (cotations CTPS / ARVALIS, janvier 2021)

Miser sur la tolérance variétale !

L’impasse du T1 devient la règle pour les variétés peu sensibles à la septoriose - hors risque rouille jaune. Un grand nombre de variétés cultivées dans la région présentent ce profil, à la fois peu sensible à la septoriose (note ≥ 6,5) et à la rouille jaune (note ≥ 7) (type Chevignon, KWS Extase…). Leur résistance permet d’éviter de systématiser le premier passage au stade « 1-2 nœuds » (T1). Par ailleurs, ces dernières années, les printemps plus secs, en particulier sur le mois d’avril, ont tendance à retarder l’arrivée de l’épidémie de septoriose.

Toutefois, les variétés les plus sensibles à la septoriose (note < 5,5) sont tout de même à surveiller en fonction du climat à venir et les outils d’aide à la décision peuvent permettre de s’ajuster au contexte de l’année.

Tableau 4 : Classement des variétés de blé tendre selon leur sensibilité aux principales maladies (cotations CTPS / ARVALIS, janvier 2021)

Retrouvez l’ensemble de nos recommandations dans le guide « Choisir et Décider – interventions de printemps 2021 ».

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • ARVALIS - Institut du végétal
    • 3, rue Joseph et Marie Hackin
      75016 PARIS
      Tél : + 33 (0)1 44 31 10 00
      Fax : + 33 (0)1 44 31 10 10